Une annexe méridionale d’un zoo parisien : la concession à la Société Impériale d’Acclimatation, 1877-1898

En 1854, soit la même année que la fondation du Jardin zoologique de Marseille, est créée à Paris, par Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, une société savante : la Société Zoologique d’Acclimatation, qui, un an plus tard change d’appellation, après avoir été reconnue d’utilité publique pour devenir : la Société Impériale d’Acclimatation. Elle se place directement sous la protection de l’Empereur Napoléon III et bénéficie de larges moyens financiers et d’importants soutiens politiques. L’acclimatation d’espèces exotiques devient un sujet d’actualité et sert les desseins du développement économique et technique de la France du Second-Empire.

Comme son homologue marseillaise, cette société savante parisienne possède son jardin : le Jardin d’Acclimatation, situé au Bois de Boulogne, en bordure immédiate de la Capitale. Le contexte de développement urbain de ce bois qui borde Paris est similaire à ce qui se passe à Marseille à la même période autour du Plateau Longchamp. Les transformations urbaines de Paris et les principes hygiénistes créent de vastes parcs. Le Bois de Boulogne se voit aménagé et doté de promenades plantées et de parcs[1]. La déjà vieille Ménagerie du Jardin des Plantes, gérée par le Muséum de Paris, fait triste figure au regard des nouveaux établissements zoologiques qui existent à Londres, à Anvers et depuis 1855, à Marseille. On crée au Bois de Boulogne un jardin zoologique pour la Société Impériale d’Acclimatation.  Jean-Charles Alphand, le célèbre concepteur des nombreux nouveaux parcs et jardins de la Capitale en est le maître d’ouvrage avec le paysagiste Jean-Pierre Barillet-Deschamps et l’architecte Gabriel Davioud, qui s’occupe des fabriques et autres bâtiments. Le projet est supervisé par l’omniprésent préfet de la Seine, le baron Haussmann. En 1860, le Jardin zoologique d’Acclimatation du Bois de Boulogne est inauguré en présence du couple impérial.

« Ce jardin devra être digne par sa tenue, par son élégance de tout ce qui l’entourera, digne aussi de cette élite de la population parisienne ou pour mieux dire européenne qui fait du Bois de Boulogne son lieu quotidien de distraction et de délassement. Et c’est parce que l’utile y revêtira partout une forme agréable, qu’il partagera, avec toutes les autres parties du Bois de Boulogne, la faveur du public. Nous n’avons pas à créer un second Jardin des Plantes. Ce bel établissement est bien où il est et il n’en faut pas un second. C’est un autre établissement et essentiellement différent, malgré quelques points de rencontre, sur ce qu’on peut appeler leurs frontières communes. C’est un jardin zoologique d’un ordre nouveau que nous avons à créer au Bois de Boulogne. C’est la réunion des espèces animales qui peuvent donner avec avantage leur force, leur chair, leur laine, leurs produits de tous genres à l’agriculture, à l’industrie, au commerce ou encore d’utilité secondaire, mais très digne qu’on s’y attache, qui peuvent servir à nos délassements, à nos plaisirs, comme animaux d’ornement, de chasse ou d’agrément à quelque titre que ce soit. »

St Hilaire expose ici ce qu’il attend de son projet de réalisation d’un jardin zoologique au Bois de Boulogne et expose, selon lui, le besoin impérieux de doter la Capitale d’un tel jardin. Rappelons que Londres en possède un qui fait office de parangon pour ce type de structure. Toutes les grandes villes veulent leur « Regent’s Park Zoo » ! St Hilaire expose également la nécessité que la Capitale se dote d’un tel jardin « moderne » en affirmant qu’elle ne possède rien de comparable en la matière et que l’idée n’est pas de créer une seconde Ménagerie du Jardin des Plantes. Sans dénigrer officiellement cette dernière, c’est bien un « jardin zoologique d’un ordre nouveau » qu’il souhaite édifier, se détachant du modèle « ménagerie ».

Avec près de 5 200 animaux en 1866, ce jardin zoologique est prospère et paraît loin des ennuis financiers chroniques de son homologue marseillais, ce dernier croule sous les dettes et voit sa collection animale diminuer drastiquement avec des pertes lourdes. L’année même de son arrivée en 1864, la première girafe du Jardin zoologique de Marseille (on n’en avait plus vu à Marseille depuis celle offerte à Charles X : Zarafa), décède. Le rhinocéros indien (Rhinoceros unicornis), un animal rarissime présent au Jardin zoologique depuis l’ouverture au public de celui-ci, en 1855, décède en 1862.

La Société Zoologique de Marseille peine à subvenir aux coûts d’entretien du Jardin et ne parvient pas à remplacer les précieux grands mammifères qui y décèdent (l’absence de ces grands animaux entrainant la déception d’un public toujours plus exigeant).

« Si une interrogation avait été faite au Cornac de l’éléphant, cet employé intelligent et dévoué aurait dit […] sans hésitation, que le pauvre animal avait été empêché, depuis son installation dans son kiosque somptueux, de se coucher une seule nuit parce que son plancher, fait de ciment, est trop froid.

Le ciment raboteux use la plante des pieds de l’éléphant et les prédispose à la maladie des écartes[2]. Il aurait demandé une augmentation de nourriture.

Il aurait pu dire encore que la perte du rhinocéros est due, en très grande partie, à son alimentation pendant tout l’hiver de 1861, 1862, avec des pommes de terre fermentées pour ne pas dire pourrie[3]»

Un directeur est nommé par la Société d’Acclimatation. Monsieur Weill assume cette charge.

Le 10 octobre 1877, la Municipalité concède la gestion du Jardin zoologique de Marseille à la Société Impériale d’Acclimatation du Bois de Boulogne. Le Jardin marseillais devient une succursale de l’établissement parisien, en vue d’acclimater les animaux exotiques au climat européen grâce à la clémence du climat marseillais, avant de venir peupler le Jardin zoologique parisien du Bois de Boulogne. La même année, le Jardin Botanique de Marseille, situé aux Chartreux ayant fermé ses portes et ayant été démoli du fait des travaux pour faire passer le chemin de fer, on déplace la multitude de plantes, d’arbustes et même d’arbres exotiques pour agrémenter les allées et les abords des enclos du Jardin zoologique[4].

Petit clin d’œil en souvenir de Zarafa, la girafe de Charles X ou désir de conserver à Marseille des animaux aussi emblématiques et chargés d’exotisme, la Municipalité charge la Société d’Acclimatation, lors du renouvellement de la concession en 1887, de présenter en permanence au moins deux girafes ! Ces dernières, extrêmement fragiles et les soigneurs étant encore peu expérimentés pour les maintenir en bonne santé longtemps, meurent assez rapidement. Elles sont renouvelées régulièrement du fait du transit de nombreuses girafes par le Jardin zoologique de Marseille avant leur départ pour Paris. De ce fait la promesse de présenter en permanence des girafes est tenue.


Les éléphants asiatiques sont également et pour les mêmes raisons, régulièrement présentés à Marseille avant leur départ pour le Bois de Boulogne.

« Le traité intervenu en 1887 entre la ville de Marseille et la Société d’acclimatation étant expiré à la fin du mois de novembre dernier et n’ayant pas été renouvelé, le Conseil municipal s’est occupé, à l’une de ses dernières séances, de la rentrée en possession du jardin par la ville. Les conclusions du rapporteur tendant à l’achat à la Société d’un certain nombre de sujets zoologiques, conformes à ceux dont elle a pris la charge en 1887, ont été adoptées[5]. »

L’exploitation du Jardin zoologique par la Société d’acclimatation fait grand bruit parmi les différents actionnaires de cette société. Il s’agit d’un tournant pour l’histoire de l’institution parisienne et bien sûr un tournant non moins spectaculaire pour l’histoire du Jardin marseillais.

« Pour la première fois cette année, nous avons à vous entretenir de l’exploitation du Jardin Zoologique de Marseille. Vous vous souvenez, Messieurs, que dans la dernière assemblée générale nous vous avons longuement exposé l’intérêt que présentait pour notre affaire la possession d’une succursale à Marseille et par un vote vous avez approuvé le traité que voire Conseil d’administration avait passé avec la Municipalité de cette ville.

L’exploitation a commencé et elle a rendu au Jardin d’Acclimatation de Paris tous les services que nous en attendions. Si les résultats de l’exercice ne sont pas encore favorables, nous ne saurions nous en étonner, car nous avons eu à nous installer et dans ces conditions nos recettes n’ont pu donner les produits sur lesquels nous pouvons compter dans l’avenir.[6] »

Pour l’année 1887, les dépenses ont été de 98 274,70 F et les recettes de 94 304,55 F, soit un déficit de 3 970,15 F.

« Nous faisons figurer à l’actif la somme que nous avons consacrée à la constitution de notre succursale marseillaise.

Les résultats de cette première année d’exploitation n’ayant pas été favorables la somme de 125 000 francs qui a constitué, en quelque sorte, le capital de ce nouvel établissement se trouve réduite du montant de la perte que nous avons signalée plus haut à votre attention (3 970 F).

La succursale de Marseille figure en conséquence à l’actif seulement pour 121 029 F. »

Le Jardin zoologique de Marseille, bien que profitant du doux climat des bords de la Méditerranée, n’est pas à l’abris des aléas climatiques. Il en est ainsi d’un hiver particulièrement rigoureux qui sévit sur toute la France et n’épargne pas les fragiles pensionnaires marseillais.

Ainsi, durant l’hiver 1887-1888 :

« Si le froid a été rigoureux à Paris, il a été plus sensible encore à Marseille, puisque dans ce climat tempéré la gelée a été assez durable pour que l’eau amenée par le canal de la Durance menaçât de manquer par suite de sa congélation.

Nous avons reçu dans notre succursale un spécimen intéressant de l’espèce de Phoque (Phoca monaca ou Monacus albiventer) qui vit sur les côtes de l’Algérie et qu’on rencontre assez fréquemment dans les environs de Lacalle, mais plus communément encore dans la rade d’Arzew.

Cette espèce de Phoque, qui a de grandes analogies avec les Phoques de la mer du Nord et de la Baltique (Phoca vitulina), s’en distingue par des formes plus arrondies, par un développement plus grand de la tête, et surtout par la voix. En effet, le Phoque moine est celui que les forains exhibent avec tant de succès, car son cri ressemble un peu à la parole humaine. Nous aurons tout dit en un mot en disant que le Phoque moine est celui qui dit « Papa ».

Nous serions très désireux de posséder ici un couple de cette espèce méditerranéenne. Elle s’apprivoise si facilement que nous pourrions en tenter la reproduction avec beaucoup de chances de succès. Puisque., il y a deux ans, nous avons pu obtenir la reproduction de jeunes Phoques de la mer du Nord, que nous avions élevés, dans le bassin qu’ils habitaient en commun avec nos Otaries (Otaria Stelleri), nous devrions avoir le même succès avec l’espèce africaine»

Une convention est signée entre la Société d’Acclimatation et le Muséum de Marseille pour que les dépouilles des animaux décédés au Jardin zoologique de Marseille reviennent au musée pour nourrir les collections d’animaux naturalisés et d’ostéologie. Cette convention reprend celle qui avait été établie à la création du Jardin zoologique, dans laquelle Barthélémy Lapommeraye évoquait le fait que toutes les dépouilles des animaux décédés au Jardin deviennent propriété du Muséum de Marseille. Dans les faits, ces conventions passées entre le Jardin zoologique et le Muséum de Marseille permettent à ce dernier d’obtenir en l’espace de quelques années seulement[7] une impressionnante collection d’animaux naturalisés et d’ostéologie, collection qui fait encore de nous jours la richesse de cette institution.

Entre 1880 et 1883, les registres des entrées du Muséum de Marseille mentionnent 78 mammifères et oiseaux qui sont naturalisés ou destinés à des montages ostéologiques.

« Le progrès, à Marseille, ne s’est jamais produit que par la force des choses et qu’il rencontre ordinairement, dans l’esprit et les habitudes locales, plus de résistance que d’initiative et impulsion. » Les embellissements et les grands travaux s’accomplissent avec peine et récrimination » « Et cependant M Berteaut compte que tout ce qui manque encore à Marseille, depuis 2500 ans que Marseille existe, sera accompli dans l’espace de Quinze années car il assigne la transformation souhaitée à l’an 1870 ! »[8]


Traité passé entre la Ville de Marseille et la Société d’Acclimatation représentée par Geoffroy St Hilaire concernant la reconstruction du JZM par la Société le 10 octobre 1877. Archives municipales de la Ville de Marseille.


Fulbert-Dumonteil (1831-1912). in Les Achantis de l’Afrique. Le Jardin zoologique de Marseille est désigné comme étant une succursale de son homologue parisien, le Jardin d’Acclimatation du Bois de Boulogne.
Fulbert-Dumonteil (1831-1912). in Les Achantis de l’Afrique. Le Jardin zoologique de Marseille est désigné comme étant une succursale de son homologue parisien, le Jardin d’Acclimatation du Bois de Boulogne.
Convention établie au sujet de la concession de l’exploitation du Jardin Zoologique de Marseille à la Société Impériale d’Acclimatation du Bois de Boulogne, à Paris, représentée par Mr Etienne Geoffroy St-Hilaire, président de la Société Impériale d’Acclimatation.  Archives Municipales de la Ville de Marseille.

[1] Les mêmes transformations urbaines se passent dans les principales villes de province comme à Lyon avec l’aménagement du Parc de la Tête d’Or et bien sûr à Marseille avec le Plateau Longchamp.

[2] Fissures sur les coussinets de la voute plantaire des éléphants conduisant à un risque d’infection souvent fatal.

[3] Lettre de Barthélémy Lapommeraye adressée au Maire de Marseille, le 23 septembre 1862. Archives Municipales.

[4] Jules Siépi, Petite histoire du Jardin zoologique, Anales du Musée d’histoire naturelle, T.28, année 1937, Marseille, 1937.

[5] Revue municipale (Paris. 1897).

[6] Bulletin de la Société nationale d’acclimatation de France, 4ème série, Tome V, 1888.

[7] Les tâtonnements dans l’élevage et l’acclimatation d’espèces exotiques ainsi que le manque de connaissance en Médecine Vétérinaire et en zootechnie, font que le nombre d’animaux décédés est très important. Ces décès coûtent cher aux gestionnaires successifs du Jardin zoologique mais font le bonheur du Muséum de Marseille qui obtient rapidement une collection de Zoologie digne de ce nom.

[8] Marcotte, De la création d’un Jardin Zoologique à Marseille. Question des voies et moyens, la Revue de Marseille, n°5, Marseille : Olive, 1855. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.