Une annexe méridionale d’un zoo parisien : la concession à la Société Impériale d’Acclimatation, 1877-1898

En 1854, soit la même année que la fondation du Jardin zoologique de Marseille, est créée à Paris, par Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, une société savante : la Société Zoologique d’Acclimatation, qui, un an plus tard change d’appellation, après avoir été reconnue d’utilité publique pour devenir : la Société Impériale d’Acclimatation. Elle se place directement sous la protection de l’Empereur Napoléon III et bénéficie de larges moyens financiers et d’importants soutiens politiques. L’acclimatation d’espèces exotiques devient un sujet d’actualité et sert les desseins du développement économique et technique de la France du Second-Empire.

Comme son homologue marseillaise, cette société savante parisienne possède son jardin : le Jardin d’Acclimatation, situé au Bois de Boulogne, en bordure immédiate de la Capitale. Le contexte de développement urbain de ce bois qui borde Paris est similaire à ce qui se passe à Marseille à la même période autour du Plateau Longchamp. Les transformations urbaines de Paris et les principes hygiénistes créent de vastes parcs. Le Bois de Boulogne se voit aménagé et doté de promenades plantées et de parcs[1]. La déjà vieille Ménagerie du Jardin des Plantes, gérée par le Muséum de Paris, fait triste figure au regard des nouveaux établissements zoologiques qui existent à Londres, à Anvers et depuis 1855, à Marseille. On crée au Bois de Boulogne un jardin zoologique pour la Société Impériale d’Acclimatation.  Jean-Charles Alphand, le célèbre concepteur des nombreux nouveaux parcs et jardins de la Capitale en est le maître d’ouvrage avec le paysagiste Jean-Pierre Barillet-Deschamps et l’architecte Gabriel Davioud, qui s’occupe des fabriques et autres bâtiments. Le projet est supervisé par l’omniprésent préfet de la Seine, le baron Haussmann. En 1860, le Jardin zoologique d’Acclimatation du Bois de Boulogne est inauguré en présence du couple impérial.

« Ce jardin devra être digne par sa tenue, par son élégance de tout ce qui l’entourera, digne aussi de cette élite de la population parisienne ou pour mieux dire européenne qui fait du Bois de Boulogne son lieu quotidien de distraction et de délassement. Et c’est parce que l’utile y revêtira partout une forme agréable, qu’il partagera, avec toutes les autres parties du Bois de Boulogne, la faveur du public. Nous n’avons pas à créer un second Jardin des Plantes. Ce bel établissement est bien où il est et il n’en faut pas un second. C’est un autre établissement et essentiellement différent, malgré quelques points de rencontre, sur ce qu’on peut appeler leurs frontières communes. C’est un jardin zoologique d’un ordre nouveau que nous avons à créer au Bois de Boulogne. C’est la réunion des espèces animales qui peuvent donner avec avantage leur force, leur chair, leur laine, leurs produits de tous genres à l’agriculture, à l’industrie, au commerce ou encore d’utilité secondaire, mais très digne qu’on s’y attache, qui peuvent servir à nos délassements, à nos plaisirs, comme animaux d’ornement, de chasse ou d’agrément à quelque titre que ce soit. »

St Hilaire expose ici ce qu’il attend de son projet de réalisation d’un jardin zoologique au Bois de Boulogne et expose, selon lui, le besoin impérieux de doter la Capitale d’un tel jardin. Rappelons que Londres en possède un qui fait office de parangon pour ce type de structure. Toutes les grandes villes veulent leur « Regent’s Park Zoo » ! St Hilaire expose également la nécessité que la Capitale se dote d’un tel jardin « moderne » en affirmant qu’elle ne possède rien de comparable en la matière et que l’idée n’est pas de créer une seconde Ménagerie du Jardin des Plantes. Sans dénigrer officiellement cette dernière, c’est bien un « jardin zoologique d’un ordre nouveau » qu’il souhaite édifier, se détachant du modèle « ménagerie ».

Avec près de 5 200 animaux en 1866, ce jardin zoologique est prospère et paraît loin des ennuis financiers chroniques de son homologue marseillais, ce dernier croule sous les dettes et voit sa collection animale diminuer drastiquement avec des pertes lourdes. L’année même de son arrivée en 1864, la première girafe du Jardin zoologique de Marseille (on n’en avait plus vu à Marseille depuis celle offerte à Charles X : Zarafa), décède. Le rhinocéros indien (Rhinoceros unicornis), un animal rarissime présent au Jardin zoologique depuis l’ouverture au public de celui-ci, en 1855, décède en 1862.

La Société Zoologique de Marseille peine à subvenir aux coûts d’entretien du Jardin et ne parvient pas à remplacer les précieux grands mammifères qui y décèdent (l’absence de ces grands animaux entrainant la déception d’un public toujours plus exigeant).

« Si une interrogation avait été faite au Cornac de l’éléphant, cet employé intelligent et dévoué aurait dit […] sans hésitation, que le pauvre animal avait été empêché, depuis son installation dans son kiosque somptueux, de se coucher une seule nuit parce que son plancher, fait de ciment, est trop froid.

Le ciment raboteux use la plante des pieds de l’éléphant et les prédispose à la maladie des écartes[2]. Il aurait demandé une augmentation de nourriture.

Il aurait pu dire encore que la perte du rhinocéros est due, en très grande partie, à son alimentation pendant tout l’hiver de 1861, 1862, avec des pommes de terre fermentées pour ne pas dire pourrie[3]»

Un directeur est nommé par la Société d’Acclimatation. Monsieur Weill assume cette charge.

Le 10 octobre 1877, la Municipalité concède la gestion du Jardin zoologique de Marseille à la Société Impériale d’Acclimatation du Bois de Boulogne. Le Jardin marseillais devient une succursale de l’établissement parisien, en vue d’acclimater les animaux exotiques au climat européen grâce à la clémence du climat marseillais, avant de venir peupler le Jardin zoologique parisien du Bois de Boulogne. La même année, le Jardin Botanique de Marseille, situé aux Chartreux ayant fermé ses portes et ayant été démoli du fait des travaux pour faire passer le chemin de fer, on déplace la multitude de plantes, d’arbustes et même d’arbres exotiques pour agrémenter les allées et les abords des enclos du Jardin zoologique[4].

Petit clin d’œil en souvenir de Zarafa, la girafe de Charles X ou désir de conserver à Marseille des animaux aussi emblématiques et chargés d’exotisme, la Municipalité charge la Société d’Acclimatation, lors du renouvellement de la concession en 1887, de présenter en permanence au moins deux girafes ! Ces dernières, extrêmement fragiles et les soigneurs étant encore peu expérimentés pour les maintenir en bonne santé longtemps, meurent assez rapidement. Elles sont renouvelées régulièrement du fait du transit de nombreuses girafes par le Jardin zoologique de Marseille avant leur départ pour Paris. De ce fait la promesse de présenter en permanence des girafes est tenue.


Les éléphants asiatiques sont également et pour les mêmes raisons, régulièrement présentés à Marseille avant leur départ pour le Bois de Boulogne.

« Le traité intervenu en 1887 entre la ville de Marseille et la Société d’acclimatation étant expiré à la fin du mois de novembre dernier et n’ayant pas été renouvelé, le Conseil municipal s’est occupé, à l’une de ses dernières séances, de la rentrée en possession du jardin par la ville. Les conclusions du rapporteur tendant à l’achat à la Société d’un certain nombre de sujets zoologiques, conformes à ceux dont elle a pris la charge en 1887, ont été adoptées[5]. »

L’exploitation du Jardin zoologique par la Société d’acclimatation fait grand bruit parmi les différents actionnaires de cette société. Il s’agit d’un tournant pour l’histoire de l’institution parisienne et bien sûr un tournant non moins spectaculaire pour l’histoire du Jardin marseillais.

« Pour la première fois cette année, nous avons à vous entretenir de l’exploitation du Jardin Zoologique de Marseille. Vous vous souvenez, Messieurs, que dans la dernière assemblée générale nous vous avons longuement exposé l’intérêt que présentait pour notre affaire la possession d’une succursale à Marseille et par un vote vous avez approuvé le traité que voire Conseil d’administration avait passé avec la Municipalité de cette ville.

L’exploitation a commencé et elle a rendu au Jardin d’Acclimatation de Paris tous les services que nous en attendions. Si les résultats de l’exercice ne sont pas encore favorables, nous ne saurions nous en étonner, car nous avons eu à nous installer et dans ces conditions nos recettes n’ont pu donner les produits sur lesquels nous pouvons compter dans l’avenir.[6] »

Pour l’année 1887, les dépenses ont été de 98 274,70 F et les recettes de 94 304,55 F, soit un déficit de 3 970,15 F.

« Nous faisons figurer à l’actif la somme que nous avons consacrée à la constitution de notre succursale marseillaise.

Les résultats de cette première année d’exploitation n’ayant pas été favorables la somme de 125 000 francs qui a constitué, en quelque sorte, le capital de ce nouvel établissement se trouve réduite du montant de la perte que nous avons signalée plus haut à votre attention (3 970 F).

La succursale de Marseille figure en conséquence à l’actif seulement pour 121 029 F. »

Le Jardin zoologique de Marseille, bien que profitant du doux climat des bords de la Méditerranée, n’est pas à l’abris des aléas climatiques. Il en est ainsi d’un hiver particulièrement rigoureux qui sévit sur toute la France et n’épargne pas les fragiles pensionnaires marseillais.

Ainsi, durant l’hiver 1887-1888 :

« Si le froid a été rigoureux à Paris, il a été plus sensible encore à Marseille, puisque dans ce climat tempéré la gelée a été assez durable pour que l’eau amenée par le canal de la Durance menaçât de manquer par suite de sa congélation.

Nous avons reçu dans notre succursale un spécimen intéressant de l’espèce de Phoque (Phoca monaca ou Monacus albiventer) qui vit sur les côtes de l’Algérie et qu’on rencontre assez fréquemment dans les environs de Lacalle, mais plus communément encore dans la rade d’Arzew.

Cette espèce de Phoque, qui a de grandes analogies avec les Phoques de la mer du Nord et de la Baltique (Phoca vitulina), s’en distingue par des formes plus arrondies, par un développement plus grand de la tête, et surtout par la voix. En effet, le Phoque moine est celui que les forains exhibent avec tant de succès, car son cri ressemble un peu à la parole humaine. Nous aurons tout dit en un mot en disant que le Phoque moine est celui qui dit « Papa ».

Nous serions très désireux de posséder ici un couple de cette espèce méditerranéenne. Elle s’apprivoise si facilement que nous pourrions en tenter la reproduction avec beaucoup de chances de succès. Puisque., il y a deux ans, nous avons pu obtenir la reproduction de jeunes Phoques de la mer du Nord, que nous avions élevés, dans le bassin qu’ils habitaient en commun avec nos Otaries (Otaria Stelleri), nous devrions avoir le même succès avec l’espèce africaine»

Une convention est signée entre la Société d’Acclimatation et le Muséum de Marseille pour que les dépouilles des animaux décédés au Jardin zoologique de Marseille reviennent au musée pour nourrir les collections d’animaux naturalisés et d’ostéologie. Cette convention reprend celle qui avait été établie à la création du Jardin zoologique, dans laquelle Barthélémy Lapommeraye évoquait le fait que toutes les dépouilles des animaux décédés au Jardin deviennent propriété du Muséum de Marseille. Dans les faits, ces conventions passées entre le Jardin zoologique et le Muséum de Marseille permettent à ce dernier d’obtenir en l’espace de quelques années seulement[7] une impressionnante collection d’animaux naturalisés et d’ostéologie, collection qui fait encore de nous jours la richesse de cette institution.

Entre 1880 et 1883, les registres des entrées du Muséum de Marseille mentionnent 78 mammifères et oiseaux qui sont naturalisés ou destinés à des montages ostéologiques.

« Le progrès, à Marseille, ne s’est jamais produit que par la force des choses et qu’il rencontre ordinairement, dans l’esprit et les habitudes locales, plus de résistance que d’initiative et impulsion. » Les embellissements et les grands travaux s’accomplissent avec peine et récrimination » « Et cependant M Berteaut compte que tout ce qui manque encore à Marseille, depuis 2500 ans que Marseille existe, sera accompli dans l’espace de Quinze années car il assigne la transformation souhaitée à l’an 1870 ! »[8]


Traité passé entre la Ville de Marseille et la Société d’Acclimatation représentée par Geoffroy St Hilaire concernant la reconstruction du JZM par la Société le 10 octobre 1877. Archives municipales de la Ville de Marseille.


Fulbert-Dumonteil (1831-1912). in Les Achantis de l’Afrique. Le Jardin zoologique de Marseille est désigné comme étant une succursale de son homologue parisien, le Jardin d’Acclimatation du Bois de Boulogne.
Fulbert-Dumonteil (1831-1912). in Les Achantis de l’Afrique. Le Jardin zoologique de Marseille est désigné comme étant une succursale de son homologue parisien, le Jardin d’Acclimatation du Bois de Boulogne.
Convention établie au sujet de la concession de l’exploitation du Jardin Zoologique de Marseille à la Société Impériale d’Acclimatation du Bois de Boulogne, à Paris, représentée par Mr Etienne Geoffroy St-Hilaire, président de la Société Impériale d’Acclimatation.  Archives Municipales de la Ville de Marseille.

[1] Les mêmes transformations urbaines se passent dans les principales villes de province comme à Lyon avec l’aménagement du Parc de la Tête d’Or et bien sûr à Marseille avec le Plateau Longchamp.

[2] Fissures sur les coussinets de la voute plantaire des éléphants conduisant à un risque d’infection souvent fatal.

[3] Lettre de Barthélémy Lapommeraye adressée au Maire de Marseille, le 23 septembre 1862. Archives Municipales.

[4] Jules Siépi, Petite histoire du Jardin zoologique, Anales du Musée d’histoire naturelle, T.28, année 1937, Marseille, 1937.

[5] Revue municipale (Paris. 1897).

[6] Bulletin de la Société nationale d’acclimatation de France, 4ème série, Tome V, 1888.

[7] Les tâtonnements dans l’élevage et l’acclimatation d’espèces exotiques ainsi que le manque de connaissance en Médecine Vétérinaire et en zootechnie, font que le nombre d’animaux décédés est très important. Ces décès coûtent cher aux gestionnaires successifs du Jardin zoologique mais font le bonheur du Muséum de Marseille qui obtient rapidement une collection de Zoologie digne de ce nom.

[8] Marcotte, De la création d’un Jardin Zoologique à Marseille. Question des voies et moyens, la Revue de Marseille, n°5, Marseille : Olive, 1855. 

Description du Jardin zoologique de Marseille

Le Jardin Zoologique de Marseille se trouvait dans la zone Est du parc Longchamp. Il avait une superficie de 34 000m2. Le zoo se composait de deux parties reliées l’une à l’autre par un pont enjambant l’avenue Cassini. Les deux parties composant le zoo étaient de superficies à peu près égales. La partie attenante au plateau Longchamp était reliée à ce dernier par un double escalier entourant une cascade artificielle réalisée lors de l’arrivée de l’eau sur le plateau Longchamp[1]. Il s’agit de la zone la plus ancienne du zoo et comprenait les enclos des girafes, les volières, les cages des singes et divers enclos abritant diverses espèces de mammifères ruminants[2].

 La seconde partie, celle se trouvant de l’autre côté de l’avenue Cassini, était bordée sur la face nord par le boulevard de Digne et comprenait une large section de l’aqueduc amenant l’eau au plateau Longchamp[3]. On y trouvait l’installation des éléphants, les cages semi-circulaires des ours, les cages des fauves, des enclos abritant des ruminants et des ratites, un vaste plan d’eau où vivaient plusieurs espèces d’oiseaux, aquatiques, un bassin pour phoques (ayant par la suite abrité des otaries puis des tortues de Floride). Plus tard on y trouvera même un delphinarium ainsi qu’un vivarium[4].

Plan du Parc du Palais de Longchamp réalisé vers 1869. Parc du Palais de Longchamp. Marseille, s.d., auteur : Ed. André. Cote 141J 25. Archives Départementales des Yvelines.

Voici la description qu’en fait Gustave Loisel ; après une visite réalisée au Jardin zoologique de Marseille en 1908 et résumée dans son ouvrage sur l’histoire des ménageries :

« D’une grandeur actuelle de 6 hectares, ce jardin est établi au nord de la ville, sur le versant opposé au Palais de Longchamp. Il est divisé en deux parties, par un chemin communal au-dessus duquel se trouve un pont de communication ; de plus, il est coupé, dans sa moitié, par les arches de l’aqueduc qui amène les eaux de la Durance à la ville. Une partie de ces eaux alimente le jardin par une belle et grande cascade au pied de laquelle vivent des oies du Canada. L’eau s’écoule ensuite en un torrent rapide qui va se déverser dans un premier lac couvert de canards, puis elle passe en canalisation souterraine pour aller former un petit étang dans l’autre partie du jardin. Cet étang, qui renferme une petite île boisée, est entouré d’une vaste prairie herbeuse sur laquelle vivent en liberté des goélands cendrés qui se reproduisent régulièrement, des demoiselles de Numidie, des hérons, des cigognes blanches, des aigrettes, des pélicans blancs, des spatules blanches, des cormorans et des canards exotiques.

Tout le jardin est couvert d’une riche et belle végétation, et de grandes allées sinueuses, bien entretenues, en font un délicieux lieu de promenade. Malheureusement, les logements et les collections d’animaux sont loin de présenter le même intérêt. Les plus importantes maisons sont:

Un pavillon pour singes décoré extérieurement d’arabesques ; une maison de fauves, petite, mais bien exposée, coquette et présentant, en façade, 4 grandes cages à air libre peintes en vert clair. Chacune de ces cages a un sol élevé et cimenté ; elle est bordée d’un épais talus gazonné et creusée d’un bassin à eau courante ; une faisanderie, assez belle construction en demi-cercle comprenant 14 enclos à air libre avec une grande volière, à chaque extrémité. Chacun des enclos, qui communiquent tous avec des cabanes, est pourvu également de bassins à eau courante et quelques-uns sont joliment ornés de plantes grimpantes.

D’autres logements moins importants et tous à air libre, avec refuges, sont disséminés un peu partout : grandes et belles cages pour carnivores ; fosse aux ours s’ouvrant d’un côté de plain-pied sur le jardin ; enclos pour ruminants (dont 3 chèvres à longues oreilles du Mont-Carmel), bien ensoleillés mais munis de maisonnettes qui font penser à des jouets d’enfant ; enfin nombreuses volières à air libre, avec, en particulier, des pigeons des Seychelles.

La collection d’animaux, relativement peu importante, renfermait, au mois d’avril 1908, 106 mammifères et 450 oiseaux ; ces derniers étaient des représentants d’espèces communes choisies sans aucun souci particulier d’études ou d’instruction ; c’est ainsi que nous n’y avons trouvé à peu près aucun représentant de la faune locale. »[5]

La cascade du Jardin zoologique, des phoques y étaient présentés épisodiquement avant d’être lieu de vie de flamants roses
Collection privée
La pièce d’eau du Jardin zoologique, seconde partie « Cassini » du jardin. Plusieurs espèces d’oiseaux aquatiques y étaient présentées. Sur ce cliché on distingue des pélicans et des oies de Guinée. Collection privée
La pièce d’eau du Jardin zoologique, seconde partie « Cassini » du jardin. Plusieurs espèces d’oiseaux aquatiques y étaient présentées. Sur ce cliché on distingue des cygnes tuberculés.  Collection privée

Une première girafe est présentée au Jardin en 1864. En 1872, une naissance exceptionnelle est enregistrée au Jardin. Un girafon est mis au monde. Il s’agit de la seconde naissance en captivité enregistrée en France[6]. Le jeune animal décède malheureusement seulement trois jours après sa mise-bas. Il est naturalisé par Pierre Siépi et rejoint les collections du Muséum de Marseille. Sa mère décède en 1875 et est également naturalisée par Siépi avant de rejoindre elle aussi les collection du Muséum.




[1] Peel, C. (1903). The Zoological Gardens of Europe. London : F.E. Robinson & Co.

[2] Boulineau, P. (1934). Les jardins animés, Etude technique et documentaire des parcs zoologiques. Limoges : Edmond Desvilles.

[3] Loisel, G. (1912). Histoire des Ménageries de l’Antiquité à nos jours (Vol. 3). Paris : Octave Doin et fils & Henri Laurens.

[4] Latil, P. (2002). Marseille, quand ton jardin était zoologique, (1854-1987). Marseille : Club Cartophile Marseillais.

[5] Loisel, G. (1912). Histoire des Ménageries de l’Antiquité à nos jours (Vol. 3). Paris : Octave Doin et fils & Henri Laurens.

[6] La première naissance d’un girafon est enregistrée à Paris, à la Ménagerie du Jardin des Plantes.

Premières collections animales

Les premiers achats sont effectués alors que le terrain vient juste d’être acquis et que les travaux viennent à peine de démarrer. Aucun enclos ni aucun abris et bâtiments ne sont disponibles pour abriter les premiers animaux du jardin.

C’est l’ancien directeur du Jardin Zoologique de Bruxelles, le baron Müller, qui sert d’intermédiaire pour les achats d’animaux et d’expert pour les aménagements des enclos du jardin. Des militaires et des particuliers offrent également des animaux sauvages pour enrichir la collection du jardin de la Société Zoologique.

En 1855, alors que le jardin est ouvert et que la collection d’animaux commence à devenir importante et à comporter plusieurs gros animaux, aucune construction adéquate n’existe encore. Les enclos sont rudimentaires. Des projets pour créer des enclos, volières et bâtiments spécifiques (fauverie, singerie, pavillons divers) sont à l’étude et deviennent urgent. Le jardin a semble-t-il été ouvert trop hâtivement, la société étant soumise à des impératifs budgétaires et à des exigences de rendements qui ont précipités l’ouverture au public. Les entrées payantes permettent d’obtenir 376 Francs le premier mois. Les recettes augmentent le second mois pour atteindre 1 039 Francs puis 5 334 Francs, preuve que le succès populaire du jardin est au rendez-vous auprès des marseillais qui s’approprient ce nouveau lieu qui devient une promenade à la mode. 

La première collection initiale animale du Jardin zoologique, obtenue avec l’aide de Müller, comprend les spécimens suivants[1] :

  • 9 « perroquets rares » d’Australie (Cacatoès ?)
  • 2 cygnes noirs (Cygnus atratus)
  • 2 canards mandarins (Aix galericulata)
  • Des daims blancs (Dama dama)
  • 3 espèces différentes de faisans
  • Gallinacés et canards « divers et précieux »

La Société achète les animaux suivants pour compléter cette collection initiale :

  • Un jeune lion de Nubie (Panthera leo)
  • Une lionne d’Algérie (Panthera leo)
  • Un guépard de Sennâar[2] (Acinonyx jubatus)
  • 2 chats tigres (Leopardus tigrinus)
  • Des genettes d’Afriques (Genetta genetta felina)
  • Un koati (Nasua nasua)
  • Une mangouste (espèce ?)
  • Un sanglier d’Afrique (Phacochère ? Autre espèce ?)
  • Un pécari (Tayassu pecari ? Pecari tajacu ?)
  • 2 espèces différentes d’antilopes dont des antilopes cervicapres (Antilope cervicapra)
  • Plusieurs gazelles (espèces ?)
  • Un mouflon de Corse (Ovis aries/orientalis musimon)[3]
  • Un mouflon à manchette du Liban (Ammotragus lervia)
  • De nombreux singes (espèces ?)
  • Un petit troupeau de chèvres de Golconde[4] (Capra aegagrus hircus)
  • Un petit groupe de moutons d’Abyssinie (Ovis aries)
  • 6 autruches (Struthio camelus)
  • De très nombreux oiseau d’espèces variées en « nombre considérable »

Le jardin qui ne comporte que des installations rudimentaires et provisoires ne permet pas le maintien correct des animaux et encore moins leur présentation. Les fauves sont enfermés dans des petites cages très étroites qui ne leur permettent presque aucun mouvement ! Les singes sont enfermés dans une chambre d’habitation, privés d’air et de lumière naturelle !

Ces animaux, rares et couteux, risquent de mourir rapidement si des travaux d’aménagement ne sont pas rapidement réalisés. La réputation et le sérieux de l’entreprise scientifique de la Société Zoologique de Marseille risque d’être ternie.

La construction d’un « Palais des Singes », pour un coût de 18 000 Francs est lancé ainsi qu’une fauverie, appelée « Lionnerie », pour une somme comprise entre 20 000 et 22 000 Francs.

Les travaux d’urgence pour achever les enclos et les achats planifiés d’autres animaux sont évalués à près de 100 000 Francs, une véritable fortune que la Société a du mal à trouver. Une aide municipale est demandée, laquelle ne tarde pas à venir, en janvier 1856, par le biais du rachat du terrain, pour 160 000 Francs, sur lequel est établit le Jardin zoologique par la Ville de Marseille. La Société, qui reste propriétaire des installations et des animaux, se retrouve désormais locataire de la Ville mais peut mener à bien les projets urgents qui nécessitaient des investissements importants grâce au rachat du terrain. Elle a la concession pour l’exploitation des installations et des collections zoologiques en échange d’un loyer annuel de 6 400 Francs.

Les recettes des entrées payantes[5] ne parvient qu’à dégager de bien maigres bénéfices. Le premier mois d’exploitation ne permet à la Société de n’obtenir que 376 F. Les deux mois suivants verront les recettes s’élever respectivement à 1 039 F et 5 334 F. Les recettes, bien que croissantes sur les 3 premiers mois d’exploitation, ne permettent pas de couvrir les frais énormes et les dettes engagées, un emprunt bancaire de 150 000 F ayant été contracté pour réaliser les travaux d’aménagement et l’achat d’animaux. La gestion du Jardin zoologique par la Société Zoologique de Marseille s’approche dangereusement d’une faillite au bout que quelques mois d’exploitation.

Dromadaires envoyés par le maréchal Pélissier au Jardin zoologique. On distingue en arrière-plan l’entrée du Jardin zoologique. Le dessinateur représente l’évènement en montrant une foule très importante se dirigeant vers l’entrée du Jardin zoologique. On distingue que les tenues vestimentaires des visiteurs sont soignées et typiques d’une classe aisée de la société du Second Empire (robes en crinoline pour les femmes, chapeaux haut de forme pour les hommes). La végétation qui est figurée par le dessinateur derrière le mur d’enceinte du Jardin montre une végétation luxuriante et tropicale avec notamment de grands palmiers (évocateur d’exotisme).

Les premières installations d’enclos semblent être réalisées relativement rapidement puisque des naissances d’animaux sont constatées. Les chèvres de Nubie donnent naissance ainsi que pour les différentes espèces d’antilopes Nilgauts (Boselaphus tragocamelus), cervicapres (Antilope cervicapra) et bubales (Alcelaphus sp.), les gazelles dorcas (Gazella dorcas), de cervidés comme les cerfs axis (Axis axis), cerfs à nez de cochon (Axis porcinus) mais aussi pour des animaux rarement vus en France comme les wallabys de Bennett (Macropus rufogriseus rufogriseus).

On profite de la fermeture de l’ancien jardin botanique de Marseille, le Jardin des Plantes des Chartreux[6], pour récupérer au Jardin zoologique de riches collections de plantes, agrémentant ainsi les allées du zoo.

En 1857, afin de relier les deux parties du Jardin zoologique, un pont est édifié.

Malgré les difficultés financières du Jardin, l’activité de ce dernier est saluée par quelques publications élogieuses.

« Le jardin zoologique de Marseille est un des plus beaux de France, il peut même rivaliser avec celui tant vanté d’Anvers. Le directeur, M. Suquet, est un homme intelligent et infatigable ; sans cesse il s’occupe d’augmenter le nombre de ses pensionnaires, de créer de nouveaux embellissements dans son jardin ; sa volière est superbe et garnie des oiseaux les plus, rares. Le premier il est parvenu à faire couver des autruches, et il en possède quatre fort belles, nées à Marseille. Ce qu’il a été forcé de déployer de soins, de persévérance, pour arriver à ce résultat, est fabuleux. Il a d’abord transporté des autruches au bord de la mer, sur un terrain isolé, que M. Granval, le grand raffineur, a bien voulu mettre à sa disposition.

Là, loin de tout bruit, bien tranquilles, les autruches ont pondu leurs œufs dans le sable et les ont couvés, et les autruches sorties de ces œufs sont superbes et font l’admiration des étrangers.

Du reste, elles ne sont pas la seule curiosité qui se trouve dans le jardin zoologique de Marseille: M. Suquet a fait transporter à grands frais un magnifique palmier, qui est je ne sais combien de fois centenaire ; palmier qui a sa maison de paille pour le garantir contre les atteintes hivernales et contre le fameux mistral marseillais.[7] »

Le Jardin zoologique de Marseille, on le voit bien dans cet extrait était considéré comme l’un des plus riches de France et même d’Europe. « Le Jardin Zoologique, fondé en 1845[8], par une société d’actionnaires, sous la direction de MM. Barthélémy Lapommeraye, de Montricher et Marcotte, a été ouvert au public au mois de juin 1855.

Habilement dessiné sur la déclivité orientale du plateau de Longchamp, il offre de magnifiques points de vue.

Il comprenait, à l’origine, 3 hectares de terrain appartenant à la Société, mais il s’est depuis agrandis par l’adjonction de 3 autres hectares appartenant à la ville, qui en avait d’abord cédé la jouissance pour toute sa durée à la Société qui vient d’en racheter la propriété[9]. »

La richesse de sa collection zoologique était prodigieuse et l’acclimatation de végétaux exotiques dans ses allées en faisait un jardin diversifié également dans la flore présentée à proximité immédiate des différents enclos des animaux. L’expérience de Suquet[10] sur la reproduction des autruches est mentionnée, preuve de l’importance que cette expérience a pu avoir à l’époque dans une communauté scientifique toute acquise aux expériences sur l’acclimatation des espèces exotiques en Europe et dont les jardins zoologiques de l’époque étaient les lieux privilégiés d’études et d’expérimentations.

Enclos des autruches au Jardin zoologique de Marseille. On distingue en arrière-plan une des serres tropicales du Jardin. Collection privée

[1] Projet de jardin zoologique et d’embellissement des abords du bassin de Longchamp. Jardin Zoologique de Marseille, extrait de la Revue de Marseille, mai 1855.

[2] Ancien nom de l’Antique Mésopotamie, actuelle région de l’Irak.

[3] Le mouflon de Corse n’est pas une espèce mais un hybride issu du marronnage entre le mouton domestique (Ovis aries) et un ovin endémique insulaire (Ovis orientalis musimon).

[4] Dans l’Etat indien du Télangana, dans le centre de l’Inde.

[5] Le tarif est fixé à 1,5 F.

[6] L’ancien Jardin des Plantes est fermé car la ligne de chemin de fer doit passer à son emplacement. Il sera installé quelques années plus tard au Parc Borély après des projets avortés d’installer le jardin botanique sur le Plateau Longchamp.

[7] Revue Le Papillon, Revue de la Semaine, sous la direction de Mme Olympe Audouard, du dimanche 15 mars 1863.

[8] L’auteur se trompe de 10 ans : le Jardin zoologique est fondé en 1854 et ouvert au public en 1855. Il s’agit de la Société zoologique de Marseille qui est fondée en 1845.

[9] AD.Joanne et J.Ferrand, De Lyon à la Méditerranée, Collection des Guides-Joanne, Paris, 1866.

[10] Noël SUQUET était le gérant du Jardin zoologique de Marseille et s’est distingué par son expérience sur la reproduction des autruches dont il a pu obtenir des pontes dans une propriété au terrain sablonneux du sud de Marseille.

Origine du projet marseillais d’un jardin zoologique

A la fin des années 1840, le directeur du Muséum d’histoire naturelle de Marseille, Jérôme Barthélemy Lapommeraye, s’intéresse vivement aux techniques d’acclimatation d’espèces exotiques pour développer l’agriculture dans le Midi de la France. Il s’intéresse tout particulièrement à l’acclimatation d’espèces sauvages de Caprins et de races exotiques d’Ovins et de Caprins d’Afrique sub-saharienne, afin d’en favoriser l’élevage en Provence. Il parvient également, avec succès, à faire se reproduire en Provence une espèce de gros oiseau terrestre d’Amérique du Sud, le Grand Hocco (Crax rubra)[1], toujours dans l’optique d’en développer l’élevage en Europe.

Son activité principale de directeur-conservateur du Muséum de Marseille, lui permet d’être en contact avec divers marchands d’animaux sauvages qui transitent par le port de Marseille. La Cité Phocéenne, à l’époque de la Restauration, est alors en pleine croissance et le commerce avec le Levant et toute l’Afrique du Nord prend une importance considérable du fait de la formation de l’empire colonial français en Afrique qui débute depuis plus d’une décennie avec la conquête de l’Algérie en 1830. Des animaux vivants sont régulièrement exhibés par des forains pour amuser les foules et quelques spécimens font sensation à l’instar d’un hippopotame exposé quelques temps à Marseille pour la Foire St Lazare[2], laquelle a généré grâce aux animaux présentés, près de 20 000 Francs de bénéfices[3]. Des animaux sauvages, en escale à Marseille et à destination de la Ménagerie du Jardin des Plantes de Paris, sont abrités à proximité du Muséum de Marseille, aux Bernardines, et ont attiré des foules telles que le Directeurs-Conservateur du Muséum, Barthélémy-Lapommeraye, doit faire intervenir la troupe pour éviter une émeute près de son musée[4].

Les exhibitions d’animaux sauvages « féroces » (fauves) attirent particulièrement les foules, prennet parfois une tournure cocasse, à l’instar des fauves présentés par un dénommé Polito :

« Polito dont la riche ménagerie d’animaux féroces obtint, autrefois, une vogue immense à Marseille, avait dans son matériel de ménagerie ambulante, un grand et bel orgue, au répertoire varié, dont les sons venaient, chaque jour, pendant des heures entières, distraire les plus beaux lions, tigres et animaux mouchetés qui se puissent trouver en charte privée.

Polito ne les domptait ni par la crainte ni par la force, deux moyens qui ne réussissent pas toujours à Messieurs les professeurs belluaires. Il les amadouait par les bons traitements, il les amollissait en attaquant leur système nerveux par la mélodie et non au moyen exceptionnel de la cravache ou de la tige de fer à l’extrémité incandescente. Il assurait que les sons de son orgue agissaient hygiéniquement sur ses animaux chéris, en éloignant d’eux la nostalgie, qui atteint quelquefois d’une manière fâcheuse les bêtes féroces dans leur état d’isolement[5]. »

Une girafe, la première à être vue vivante en France, est débarquée sur le Port de Marseille le 14 novembre 1826. On la place dans les jardins de la Préfecture puis elle est envoyée à la Ménagerie du Jardin des Plantes de Paris. L’animal est en effet un cadeau diplomatique offert par le Sultan d’Egypte pour le Roi Charles X[6].

Marseille avait d’ailleurs déjà accueilli des animaux sauvages par le passé. Un rhinocéros indien avait été débarqué en 1516 sur l’Ile d’If, où il avait été observé par le roi de France François Ier. Des lions et des oiseaux exotiques avaient vécus dans une petite ménagerie située dans les jardins du Roi René, à l’emplacement actuel du Cours d’Estienne d’Orves[7].

Le Muséum de Marseille reçoit beaucoup de spécimens exotiques, envoyés du monde entier par des naturalistes et des navigateurs ou achetés sur le port par le directeur du Muséum. Les animaux sont morts, en peau ou secs, rarement vivants, à l’exception de caprins et d’ovins exotiques, sans qu’il ne soit fait mention du lieu exact où ces spécimens sont maintenus en captivité à Marseille (la ville est globalement urbanisée sur un territoire relativement réduit, les grands travaux d’urbanisation n’auront lieu qu’à la décennie suivante. Une vaste zone péri-urbaine, peuplée de fermes et de « bastides ». Ces riches demeures péri-urbaines et campagnardes, de la haute bourgeoisie et de la noblesse marseillaise sont systématiquement entourées de jardins d’agrément et de vastes terrains agricoles, qui permettent aux propriétaires de posséder des animaux d’élevage (troupeaux de chèvres et de moutons) et quelques espèces d’agréments (oiseaux exotiques) pour orner bassins et volières.

La place ne manque donc pas, à proximité immédiate du centre-ville, peuplé en 1840 d’environ 200 000 habitants, pour pouvoir se consacrer à l’élevage et à l’acclimatation d’animaux exotiques.

L’intérêt de Lapommeraye pour ce sujet, son enthousiasme et surtout la respectabilité et l’érudition attachés à ce singulier personnage de la Ville, ne tarde pas à faire des émules parmi la bourgeoisie d’affaire, les érudits et les notables de Marseille. Rapidement un petit groupe se forme autour du conservateur du Muséum dans l’idée de créer une société savante consacrée à l’acclimatation d’espèces exotiques en Provence. Il faut noter qu’à la fin des années 1840, aucune institution consacrée à l’acclimatation et à l’élevage en captivité d’espèces sauvages exotiques n’existait en France. Seule la Ménagerie du Jardin des Plantes de Paris existait et faisait figure d’institution centrée surtout sur l’étude systématique et morpho-anatomique des animaux, sous l’égide des professeurs du Muséum national. C’est en dehors de la France, en Angleterre et en Belgique, que des institutions modernes en la matière furent créés par le biais de sociétés zoologiques locales. Il s’agissait du tout nouveau Zoo de Londres et du Zoo d’Anvers, les deux premiers vrais jardins zoologiques au sens moderne du terme. Marseille avait là une chance unique de devancer la capitale et d’avoir un jardin zoologique moderne, totalement différent de la vieille ménagerie parisienne.

Projet d’aménagements du Plateau Longchamp avec entre autres la construction d’un bâtiment dévolu au Muséum d’histoire naturelle (C), et du Jardin zoologique (E). Les plans du Jardin zoologique seront largement modifiés lors de la création de ce dernier mais son emplacement initial sera maintenu. Il en sera autrement du projet du bâtiment du Muséum qui sera abandonné au profit d’un plus vaste complexe monumental abritant Muséum et Musée des Beaux-Arts : le Palais Longchamp, en 1869. Cliché C.Borrely, Fond patrimonial BMVR, Marseille.

Parallèlement aux préoccupations zoologiques de Lapommeraye, un immense chantier était en train d’être mené par une équipe d’ingénieurs dirigée par Franz Mayor de Montricher. Ce chantier colossal, l’un des plus importants du XIXe siècle en France, consistait à détourner une partie de la Durance pour permettre d’irriguer Marseille. En effet la Cité Phocéenne souffrait de sécheresses chroniques qui empêchaient son développement urbain en direction de son arrière-pays et le développement agricole de son terroir. C’est un canal qui est construit pour acheminer l’eau. Son arrivée est prévue au niveau du Plateau Longchamp et est effective en 1847 où elle est stockée dans de gigantesques réservoirs souterrains situés juste sous le plateau. Cette vaste zone quasi campagnarde sera bientôt lotie et urbanisée. Des opérations immobilières lucratives vont naître à proximité de ce plateau où de vastes avenues plantées d’arbres d’alignement doivent relier ce nouveau quartier au centre-ville. Un projet de bâtiment pour abriter le Muséum d’histoire naturelle, à l’étroit dans la chapelle du Couvent des Bernardines, devrait couronner le plateau et un jardin devrait l’entourer. C’est l’endroit privilégié pour y établir un jardin zoologique.

Montricher, l’ingénieur du Canal, prend la tête du projet de Lapommeraye et fonde une société d’actionnaires, le 18 avril 1854, qui a la particularité d’être à la fois une société commerciale (la majorité des actionnaires sont issus de la bourgeoisie d’affaire marseillaise) et savante (Lapommeraye apporte sa garantie d’Homme de Sciences à la nouvelle société). Cette société est la Société Zoologique de Marseille. Elle n’est pas sans rappeler ses homologues de Londres et d’Anvers. La toute récente Société se porte acquéreur d’un vaste terrain aux Chartreux. 31 650 m2 sont acquis pour la somme considérable de 262 375 Francs. Ce terrain est acquis auprès de particuliers, des propriétaires terriens marseillais, messieurs Mazel, Rougier et Baquière.

Le Jardin Zoologique de Marseille, est vu, à l’aube de sa création, comme le moyen de promouvoir une réputation scientifique de grande envergure, tant par la diversité de ses collections, que par ses progrès sur l’élevage et l’acclimatation d’espèces exotiques.

Il fait partie de l’équipement indispensable à toute grande ville de la seconde moitié du XIXe siècle, à l’instar des théâtres, d’un opéra, des musées ou des bâtiments administratifs. Il entre également dans la conception hygiéniste de créations de parcs et jardins, sensés apporter loisirs et salubrité aux habitants des grands centres urbains, assainissant l’air des villes et agrémentant ces dernières.

La Science n’est jamais loin des conceptions hygiénistes, récréatives mais aussi éducatives puisque bon nombre des parcs et jardins créés durant le Second Empire, abritent en leurs seins des jardins botaniques, serres tropicales, jardins zoologiques et parfois, des galeries d’histoire naturelle[8].

Berteau, collaborateur à la Revue de Marseille s’enthousiasme en affirmant : « Tout ce qui manque à Marseille depuis 2 500 ans sera accompli vers 1870.[9] »

L’ancien directeur du Jardin Zoologique de Bruxelles, le baron Müller, est venu dans la Cité Phocéenne pour inspecter le terrain où doit être construit le futur zoo et pour aider à en réaliser les plans. Il apporte également quelques animaux pour initier la future collection.

La ville de Marseille au XIXe siècle reste très entourée de jardins et de terrains agricoles ponctués de nombreux noyaux villageois.
Le centre-ville de Marseille, très dense, se concentre encore autour du Vieux-Port. De nouveaux quartiers sont créés au niveau de la Joliette où les bassins du nouveau port sont construits et vers l’Est de la ville où de nouveaux quartiers résidentiels sortent de terre au niveau des Chartreux. On distingue la Place de la Plaine (A), les Allées Gambetta (B), le Musée aux Bernardines (C) et le tout nouveau Jardin Zoologique (D) qui est alors situé entre ville et campagne, dans les nouveaux quartiers Est, en cours de construction.
Le Jardin Zoologique, le plan peut être daté entre 1855, ouverture du Jardin, et 1869, inauguration du Palais Longchamp car ce dernier n’apparaît pas encore sur le plan.

Lapommeraye est désigné directeur scientifique de la Société Zoologique de Marseille et de son futur jardin. Ce dernier va également profiter de la politique d’embellissements et d’aménagement de la municipalité, qui souhaite que ce tout nouveau quartier Longchamp devienne l’un des plus modernes et des plus beaux de la ville.

« Et quel champ plus vaste, plus fécond, plus naïf et plus vrai que les jardins zoologiques en général, que le bel établissement de ce nom, dont Marseille est dotée, dans lequel, selon la métaphore toute orientale et si poétique de Féruck-Khan, ambassadeur de Perse à Paris, on peut parcourir, en quelques heures, les diverses contrées du globe caractérisées par les animaux et les plantes qui leur sont propres[10] ! »

Entre l’achat du terrain et l’ouverture du jardin, à peine plus d’un an s’écoule. Les travaux sont menés rapidement mais beaucoup restent encore à faire. Le 1er juin 1855, le Jardin Zoologique de la Société Zoologique de Marseille est ouvert.

Acte notarié déclarant la naissance de la Société du Jardin zoologique de Marseille, le 14 avril 1854, représentée par Monsieur Morin.
Archives Municipales de Marseille


Il faut cependant maintenant peupler ce jardin d’animaux…



[1] Lapommeraye, Notice zoologique sur l’éducation du Hocco de la Guyane, Bulletin de la Société impériale zoologique d’acclimatation, Tome IX, Paris, 1862.

[2] Cette foire se tenait sur la Canebière jusqu’en 1860 date à laquelle elle a lieu sur l’actuelle Place Jean Jaurès, plus connue sous le nom de « La Plaine » jusqu’aux années 1960.

[3] Projet de jardin zoologique et d’embellissement des abords du bassin de Longchamp. Jardin Zoologique de Marseille, extrait de la Revue de Marseille, mai 1855.

[4] Idem.

[5] Bartélémy Lapommeraye, Revue de Marseille fondée et publiée au profit des pauvres, troisième année, 1857, Marseille,1857.

[6] Paulus M., 1943. Les Girafes ayant vécu à Marseille. Bulletin du Muséum d’Histoire Naturelle de Marseille, 3 (23) : 33-40.

[7] Loisel, G. (1912). Histoire des Ménageries de l’Antiquité à nos jours (Vol. 3). Paris : Octave Doin et fils & Henri Laurens.

[8] C’est le cas de nombreux muséums français qui trouvent place dans les nouvelles créations de parcs et de jardins ou réaménagements de parcs et jardins déjà existants (Paris, Grenoble, Besançon, Bordeaux, Dijon, Marseille, etc…) mais également dans d’autres pays d’Europe (Milan, Rome, Barcelone, etc…).

[9] Marcotte, De la création d’un Jardin Zoologique à Marseille. Question des voies et moyens, la Revue de Marseille, n°5, Marseille : Olive, 1855.

[10] Bartélémy Lapommeraye, Revue de Marseille fondée et publiée au profit des pauvres, troisième année, 1857, Marseille,1857.

Les jardins zoologiques en Europe

Les premiers jardins zoologiques européens naissent en tant que tels à la toute fin du XVIIIe siècle pour les plus anciens et durant le XIXe siècle où on observe un pic de création pour la majorité d’entre eux, pic de création qui s’étale d’ailleurs jusqu’à la première moitié du XXe siècle.

Les collections d’animaux exotiques captifs ne sont pas une nouveauté. En effet, dès l’antiquité, les empereurs romains se procurent des fauves et des animaux divers qu’ils font combattre lors des spectacles de gladiateurs dans les arènes. Durant toute la période médiévale et renaissance, les souverains s’entourent d’animaux exotiques qui vivent à proximité immédiate de leurs résidences dans des sérails ou des ménageries. Ces ménageries perdurent et ornent presque toute les cours royales et princières d’Europe. Les souverains utilisant la richesse de leurs ménageries pour exprimer leurs propres richesses et le prestige qui en découle, le but étant d’impressionner les courtisans et les émissaires des cours étrangères. Les animaux servent également de cadeaux diplomatiques. Charlemagne reçoit un éléphant blanc de la part du Calife de Bagdad, Louis IX offre un éléphant pour sceller la paix avec Henri III, roi d’Angleterre et le roi du Portugal offre un rhinocéros (qui n’arrivera pas vivant des suites du naufrage du navire qui le transporte) au Pape, et le sultan d’Egypte fait cadeau au roi de France Charles X, une girafe, la première vue vivante en France.

Certaines ménageries princières sont prestigieuses et réputées comme celle des Médicis à Florence. Mais une des plus fameuses ménageries royales, est celle que fait bâtir Louis XIV à Versailles. L’empereur d’Autriche s’en fera construire une similaire à Schönbrunn, à Vienne (qui est d’ailleurs encore en activité ce qui en fait le plus vieux zoo du monde).

Avec l’émergence des sciences naturelles, étudiées de manière de plus en plus rigoureuse et scientifique, et non plus considérées comme un simple passe-temps aristocratique, la zoologie ne pouvait plus se contenter de simples gravures plus ou moins fiables réalisées par des voyageurs témoignant de leurs rencontres avec des créatures exotiques. La volonté d’observer scientifiquement les animaux nécessitait dès la fin du XVIIIe siècle de concevoir des collections animales à l’instar des collections végétales des jardins botaniques ou des collections des cabinets d’histoire naturelle.

Dans un souci de classification propre à cette époque, il fallait rassembler une collection animale la plus exhaustive possible et pour cela construire des « ménageries » de plus en plus grandes. Ces ménageries d’ailleurs changent d’appellation pour devenir alors des « jardins zoologiques ». Quelques temps après, on s’intéresse à la possibilité d’utiliser des espèces exotiques pour les besoins agricoles européens, comme animaux de boucherie, de trait ou tout simplement d’ornement ou de compagnie. On parle alors de « jardins d’acclimatation » et de « jardins d’essai » dans les grandes villes des colonies (l’époque coïncide avec les débuts des empires coloniaux).

Ces jardins deviennent des lieux d’agrément et de sociabilité qui attirent une population à la fois aisée et plus modeste. Cette fonction récréative s’ajoute donc rapidement à la fonction scientifique des jardins zoologiques (on retrouve finalement l’intérêt pour l’animal sauvage qui fascine le public comme au temps des ménageries princières).

En 1794, une ménagerie est construite sur le site du Jardin des Plantes de Paris où se trouve déjà le Muséum d’histoire naturelle dont elle fait partie.

A Vienne, la vieille ménagerie impériale de Schönbrunn devient un jardin zoologique (fondée en 1752 elle était déjà ouverte au public en 1779 !).

On conçoit les jardins zoologiques avec les méthodes paysagères des jardins à l’anglaise où l’on reconstitue des paysages naturels et des pièces d’eau ce qui diffère totalement des ménageries des XVIIe et XVIIIe siècles. A Londres, il faut attendre 1828 pour qu’un véritable jardin zoologique soit construit à Regent’s Park, marquant la fermeture de la très ancienne et vétuste ménagerie de la Tour de Londres. C’est le Jardin zoologique de Londres qui va populariser l’image de ce type d’établissement en sortant définitivement du concept de ménagerie et en quelque sorte faire école sur le continent.

En France, où nous avions laissé la Ménagerie du Jardin des Plantes en 1794, des nouveaux jardins zoologiques sur le modèle londonien se créent dans les grandes villes. Marseille est la première à créer le sien en 1854 suivie un an plus tard par Lyon. Paris, tout en gardant la Ménagerie, crée un nouveau jardin zoologique dédié à l’acclimatation des espèces exotiques en vue de leur éventuelle utilisation agricole ou ornementale : le Jardin d’acclimatation ouvert en 1860 au Bois de Boulogne.

Les créations s’enchainent durant tout le XIXe siècle à l’instar de ce qu’il se passe pour les créations de muséums d’histoire naturelle (dont les zoos sont souvent étroitement liés). Le XIXe siècle est souvent qualifié de siècle des musées il peut être qualifié aussi de siècle des jardins zoologiques. Pas une grande ville qui n’a pas le sien.

La même chose se passe dans l’ensemble des pays européens dans un but de compétitions entre les états entre eux (nous sommes alors dans un contexte de luttes d’influence via les conquêtes coloniales des français, des britanniques mais aussi des allemands, des belges et des hollandais mais aussi des italiens, des portugais ou encore des espagnols).

Toutes les grandes villes européennes (puis rapidement viendront aussi les grandes villes américaines) possèdent leur jardin zoologique qui va bien souvent de pair avec un muséum d’histoire naturelle. Amsterdam crée ainsi Artis en 1838, qui est un vaste complexe abritant outre un jardin zoologique, un aquarium et un musée de zoologie.

La majorité des grands zoos actuels des grandes villes d’Europe a été construit durant le XIXe siècle : Anvers en 1843, Berlin en 1844, Cologne en 1860, Moscou en 1864, Budapest en 1866, Lisbonne et Barcelone respectivement en 1884 et 1892…

Ils sont globalement tous construit sur le même modèle issu comme nous l’avons dit du modèle londonien avec des bâtiments richement décorés selon la mode architecturale de la ville ou du lieu d’origine des animaux et des bâtiments réservés à telle ou telles collection animale (bâtiments des reptiles, volières, aquariums, fauveries, pavillons des singes…).

La collection se doit d’être la plus exhaustive possible et les chiffres concernant le nombre d’animaux conservés dans les jardins zoologique du XIXe et de la première moitié du XXe siècle donnent l’image de véritables musées vivants où les espèces sont classées selon la taxonomie (rarement selon leurs origines géographiques). Les animaux sont très souvent représentés par un seul individu et les reproductions sont rares. On considère alors que l’animal est un bien de consommation comme un autre et qu’il est plus aisé de s’en procurer que de chercher à les faire se reproduire. Nous ne sommes pas du tout dans l’optique de conservation et de protection des espèces des parcs zoologiques modernes.

A partir des années 1950, une nouvelle conception voit le jour dans l’univers des jardins zoologiques. De vitrines du monde animal où on expose à l’instar des galeries surchargées des muséums de l’époque (ces derniers changent également, en même temps que les zoos, leur muséographie), des séries d’espèces (souvent représentées dans les jardins zoologiques par un spécimen unique voir un couple) cherchant à avoir la collection animale la plus exhaustive possible, on passe à des centres de conservation d’espèces menacées dont le but n’est plus de présenter la plus large collection possible mais de présenter des espèces rares et menacées et de permettre à ces dernières de se reproduire en captivité. Le parc zoologique moderne est né. On conserve ex-situ des espèces gravement menacées et pour certaines en voie d’extinction in-situ. Des programmes de coordination et des plans d’élevages se mettent en place entre les différents établissements zoologiques du monde. Les animaux ne sont plus des biens de consommations que l’on peut puiser librement dans la nature en remplaçant les animaux décédés par de nouveaux. On apporte aux espèces captives les conditions nécessaires à leurs besoins physiologiques et on favorise la reproduction. Cette dernière on l’a vu est gérée et contrôlée via les « studbooks » ou programmes d’élevages. Chaque espèce ayant son propre coordinateur qui gère les populations captives. Les zoos s’échangent les animaux pour permettre un brassage génétique et conserver ainsi une population viable durablement. Cette population captive sert de réserve génétique et permet la réintroduction d’individus dans le milieu naturel (si ce dernier n’est pas trop altéré et si aucune menace ne plane sur les animaux fraîchement réintroduits). Le premier zoo moderne est né sur l’île de Jersey, dans l’archipel anglo-normand où Gérard Durell avait élaboré cette toute nouvelle conception du jardin zoologique. Petit à petit ces nouvelles préoccupation de conservation, de protection, d’étude et d’élevages d’espèces menacées a fait école à travers le monde (ou peu s’en faut) et à notre époque les zoos se requalifient même de « bioparcs » pour bien montrer que la mission purement collectionniste est supplantée par la mission d’étude et de conservation du Vivant.

En Europe, certains des premiers jardins zoologiques sont en tête des plus prestigieux établissements du continent et même du monde. Le Zoo de Londres par exemple, est le navire amiral d’une importante institution, la London Zoological Society, aussi ancienne que le zoo lui-même, et portant de très importants et ambitieux projets de recherches, de reproductions en captivité mais aussi des programme d’étude, de protection et de réintroductions en milieux naturels. Les zoos de Berlin et de Vienne font de même ainsi que ceux d’Anvers et de Barcelone et tout récemment suite à sa totale reconfiguration et récente réouverture, celui de Paris qui a rejoint ses confrères européens. Des zoos privés, plus récents, sont également entrés dans la course. Ils sont nés avec la révolution des nouvelles conceptions en matière de parcs zoologiques durant les années 1960-1970. En France il s’agit de quelques établissements devenus en quelques décennies aussi performants en matière de programmes scientifiques que les institutions homologues publiques et plus anciennes. Les zoos de Beauval, de la Flèche près du Man, de la Palmyre, le CERZA, Thoiry et d’autres encore. Des établissements plus petits et monothématiques, centrés sur un groupe animal en particulier les ont rejoint et font figure de spécialistes pour tel ou tel groupe animal. La Ferme aux crocodiles de Pierrelatte, près de Montélimar s’est spécialisée dans la reproduction, l’étude et le maintien en captivité de plusieurs espèces de crocodiliens (plus récemment élargit aux varans et aux tortues), des aquariums ainsi que des parcs spécialisés sur les oiseaux font également partie de ces institutions monothématiques en général privées.

Avant-propos

L’histoire des collections animales dans les jardins zoologiques n’a été que trop rarement étudiée.

Cela se traduit par le fait qu’il est relativement difficile d’avoir accès à des informations publiées permettant une étude approfondie des jardins zoologiques, exception faite de quelques institutions dont les archives, très riches permettent de mener à bien de telles études.

Les zoos ne possèdent que rarement une documentation aussi riche que celles des institutions muséales, bien que nombreux sont les jardins zoologiques dont l’histoire est étroitement proche de celle des muséums d’histoire naturelle.

La présence d’archives est très inégale d’une institution à une autre et parfois même inexistante. Il ne reste bien souvent que les archives municipales qui puisse conserver quelques documents relatifs aux institutions zoologiques La documentation est en quantité très inégales là encore selon les établissements et leurs modes de gestion (zoos privés ou municipaux).

Il y a très souvent des problèmes pour retracer l’arrivée des animaux. Ces derniers étaient en effet tantôt achetés, échangés, offerts puis vendus, les décès n’étant pas systématiquement notifiés. Les animaux sauvages n’étant vu à certaines périodes que comme de simples éléments d’ornementation d’un jardin ou d’une collection zoologique, on remplaçait les pertes par des arrivages réguliers peu ou pas documentés.
A une certaine époque, les institutions zoologiques n’étaient que des initiatives privées, sur décision d’un monarque ou de riches particuliers.

Il faut attendre 1794 et la création de la Ménagerie du Jardin des Plantes, dépendante du Muséum national de Paris, pour qu’une institution zoologique « publique » voit le jour.

35 ans s’écoulent avant qu’un nouvel établissement zoologique européen public ne soit ouvert. Il s’agit du Jardin zoologique de la Société Zoologique de Londres[1], à Regent’s Park. En France, 60 ans s’écoulent avant la création d’un tel établissement. Il s’agit du Jardin Zoologique de Marseille, fondé en 1854 et ouvert au public en 1855 à Longchamp.


[1] Le terme « ZOO » provient du diminutif populaire donné au London Zoological Garden par les usagers londoniens.

Histoire du Jardin zoologique de Marseille

Le but de ce carnet de recherche est de retracer l’histoire de manière la plus exhaustive possible du Jardin zoologique de Marseille (1854-1987). Second établissement institutionnel de cette nature créé en France après la Ménagerie du Muséum national d’histoire naturelle (1794) et premier établissement de ce genre en province, son histoire prend une place capitale dans l’histoire des jardins zoologiques français et européens.