Description du Jardin zoologique de Marseille

Le Jardin Zoologique de Marseille se trouvait dans la zone Est du parc Longchamp. Il avait une superficie de 34 000m2. Le zoo se composait de deux parties reliées l’une à l’autre par un pont enjambant l’avenue Cassini. Les deux parties composant le zoo étaient de superficies à peu près égales. La partie attenante au plateau Longchamp était reliée à ce dernier par un double escalier entourant une cascade artificielle réalisée lors de l’arrivée de l’eau sur le plateau Longchamp[1]. Il s’agit de la zone la plus ancienne du zoo et comprenait les enclos des girafes, les volières, les cages des singes et divers enclos abritant diverses espèces de mammifères ruminants[2].

 La seconde partie, celle se trouvant de l’autre côté de l’avenue Cassini, était bordée sur la face nord par le boulevard de Digne et comprenait une large section de l’aqueduc amenant l’eau au plateau Longchamp[3]. On y trouvait l’installation des éléphants, les cages semi-circulaires des ours, les cages des fauves, des enclos abritant des ruminants et des ratites, un vaste plan d’eau où vivaient plusieurs espèces d’oiseaux, aquatiques, un bassin pour phoques (ayant par la suite abrité des otaries puis des tortues de Floride). Plus tard on y trouvera même un delphinarium ainsi qu’un vivarium[4].

Plan du Parc du Palais de Longchamp réalisé vers 1869. Parc du Palais de Longchamp. Marseille, s.d., auteur : Ed. André. Cote 141J 25. Archives Départementales des Yvelines.

Voici la description qu’en fait Gustave Loisel ; après une visite réalisée au Jardin zoologique de Marseille en 1908 et résumée dans son ouvrage sur l’histoire des ménageries :

« D’une grandeur actuelle de 6 hectares, ce jardin est établi au nord de la ville, sur le versant opposé au Palais de Longchamp. Il est divisé en deux parties, par un chemin communal au-dessus duquel se trouve un pont de communication ; de plus, il est coupé, dans sa moitié, par les arches de l’aqueduc qui amène les eaux de la Durance à la ville. Une partie de ces eaux alimente le jardin par une belle et grande cascade au pied de laquelle vivent des oies du Canada. L’eau s’écoule ensuite en un torrent rapide qui va se déverser dans un premier lac couvert de canards, puis elle passe en canalisation souterraine pour aller former un petit étang dans l’autre partie du jardin. Cet étang, qui renferme une petite île boisée, est entouré d’une vaste prairie herbeuse sur laquelle vivent en liberté des goélands cendrés qui se reproduisent régulièrement, des demoiselles de Numidie, des hérons, des cigognes blanches, des aigrettes, des pélicans blancs, des spatules blanches, des cormorans et des canards exotiques.

Tout le jardin est couvert d’une riche et belle végétation, et de grandes allées sinueuses, bien entretenues, en font un délicieux lieu de promenade. Malheureusement, les logements et les collections d’animaux sont loin de présenter le même intérêt. Les plus importantes maisons sont:

Un pavillon pour singes décoré extérieurement d’arabesques ; une maison de fauves, petite, mais bien exposée, coquette et présentant, en façade, 4 grandes cages à air libre peintes en vert clair. Chacune de ces cages a un sol élevé et cimenté ; elle est bordée d’un épais talus gazonné et creusée d’un bassin à eau courante ; une faisanderie, assez belle construction en demi-cercle comprenant 14 enclos à air libre avec une grande volière, à chaque extrémité. Chacun des enclos, qui communiquent tous avec des cabanes, est pourvu également de bassins à eau courante et quelques-uns sont joliment ornés de plantes grimpantes.

D’autres logements moins importants et tous à air libre, avec refuges, sont disséminés un peu partout : grandes et belles cages pour carnivores ; fosse aux ours s’ouvrant d’un côté de plain-pied sur le jardin ; enclos pour ruminants (dont 3 chèvres à longues oreilles du Mont-Carmel), bien ensoleillés mais munis de maisonnettes qui font penser à des jouets d’enfant ; enfin nombreuses volières à air libre, avec, en particulier, des pigeons des Seychelles.

La collection d’animaux, relativement peu importante, renfermait, au mois d’avril 1908, 106 mammifères et 450 oiseaux ; ces derniers étaient des représentants d’espèces communes choisies sans aucun souci particulier d’études ou d’instruction ; c’est ainsi que nous n’y avons trouvé à peu près aucun représentant de la faune locale. »[5]

La cascade du Jardin zoologique, des phoques y étaient présentés épisodiquement avant d’être lieu de vie de flamants roses
Collection privée
La pièce d’eau du Jardin zoologique, seconde partie « Cassini » du jardin. Plusieurs espèces d’oiseaux aquatiques y étaient présentées. Sur ce cliché on distingue des pélicans et des oies de Guinée. Collection privée
La pièce d’eau du Jardin zoologique, seconde partie « Cassini » du jardin. Plusieurs espèces d’oiseaux aquatiques y étaient présentées. Sur ce cliché on distingue des cygnes tuberculés.  Collection privée

Une première girafe est présentée au Jardin en 1864. En 1872, une naissance exceptionnelle est enregistrée au Jardin. Un girafon est mis au monde. Il s’agit de la seconde naissance en captivité enregistrée en France[6]. Le jeune animal décède malheureusement seulement trois jours après sa mise-bas. Il est naturalisé par Pierre Siépi et rejoint les collections du Muséum de Marseille. Sa mère décède en 1875 et est également naturalisée par Siépi avant de rejoindre elle aussi les collection du Muséum.




[1] Peel, C. (1903). The Zoological Gardens of Europe. London : F.E. Robinson & Co.

[2] Boulineau, P. (1934). Les jardins animés, Etude technique et documentaire des parcs zoologiques. Limoges : Edmond Desvilles.

[3] Loisel, G. (1912). Histoire des Ménageries de l’Antiquité à nos jours (Vol. 3). Paris : Octave Doin et fils & Henri Laurens.

[4] Latil, P. (2002). Marseille, quand ton jardin était zoologique, (1854-1987). Marseille : Club Cartophile Marseillais.

[5] Loisel, G. (1912). Histoire des Ménageries de l’Antiquité à nos jours (Vol. 3). Paris : Octave Doin et fils & Henri Laurens.

[6] La première naissance d’un girafon est enregistrée à Paris, à la Ménagerie du Jardin des Plantes.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.