Premières collections animales

Les premiers achats sont effectués alors que le terrain vient juste d’être acquis et que les travaux viennent à peine de démarrer. Aucun enclos ni aucun abris et bâtiments ne sont disponibles pour abriter les premiers animaux du jardin.

C’est l’ancien directeur du Jardin Zoologique de Bruxelles, le baron Müller, qui sert d’intermédiaire pour les achats d’animaux et d’expert pour les aménagements des enclos du jardin. Des militaires et des particuliers offrent également des animaux sauvages pour enrichir la collection du jardin de la Société Zoologique.

En 1855, alors que le jardin est ouvert et que la collection d’animaux commence à devenir importante et à comporter plusieurs gros animaux, aucune construction adéquate n’existe encore. Les enclos sont rudimentaires. Des projets pour créer des enclos, volières et bâtiments spécifiques (fauverie, singerie, pavillons divers) sont à l’étude et deviennent urgent. Le jardin a semble-t-il été ouvert trop hâtivement, la société étant soumise à des impératifs budgétaires et à des exigences de rendements qui ont précipités l’ouverture au public. Les entrées payantes permettent d’obtenir 376 Francs le premier mois. Les recettes augmentent le second mois pour atteindre 1 039 Francs puis 5 334 Francs, preuve que le succès populaire du jardin est au rendez-vous auprès des marseillais qui s’approprient ce nouveau lieu qui devient une promenade à la mode. 

La première collection initiale animale du Jardin zoologique, obtenue avec l’aide de Müller, comprend les spécimens suivants[1] :

  • 9 « perroquets rares » d’Australie (Cacatoès ?)
  • 2 cygnes noirs (Cygnus atratus)
  • 2 canards mandarins (Aix galericulata)
  • Des daims blancs (Dama dama)
  • 3 espèces différentes de faisans
  • Gallinacés et canards « divers et précieux »

La Société achète les animaux suivants pour compléter cette collection initiale :

  • Un jeune lion de Nubie (Panthera leo)
  • Une lionne d’Algérie (Panthera leo)
  • Un guépard de Sennâar[2] (Acinonyx jubatus)
  • 2 chats tigres (Leopardus tigrinus)
  • Des genettes d’Afriques (Genetta genetta felina)
  • Un koati (Nasua nasua)
  • Une mangouste (espèce ?)
  • Un sanglier d’Afrique (Phacochère ? Autre espèce ?)
  • Un pécari (Tayassu pecari ? Pecari tajacu ?)
  • 2 espèces différentes d’antilopes dont des antilopes cervicapres (Antilope cervicapra)
  • Plusieurs gazelles (espèces ?)
  • Un mouflon de Corse (Ovis aries/orientalis musimon)[3]
  • Un mouflon à manchette du Liban (Ammotragus lervia)
  • De nombreux singes (espèces ?)
  • Un petit troupeau de chèvres de Golconde[4] (Capra aegagrus hircus)
  • Un petit groupe de moutons d’Abyssinie (Ovis aries)
  • 6 autruches (Struthio camelus)
  • De très nombreux oiseau d’espèces variées en « nombre considérable »

Le jardin qui ne comporte que des installations rudimentaires et provisoires ne permet pas le maintien correct des animaux et encore moins leur présentation. Les fauves sont enfermés dans des petites cages très étroites qui ne leur permettent presque aucun mouvement ! Les singes sont enfermés dans une chambre d’habitation, privés d’air et de lumière naturelle !

Ces animaux, rares et couteux, risquent de mourir rapidement si des travaux d’aménagement ne sont pas rapidement réalisés. La réputation et le sérieux de l’entreprise scientifique de la Société Zoologique de Marseille risque d’être ternie.

La construction d’un « Palais des Singes », pour un coût de 18 000 Francs est lancé ainsi qu’une fauverie, appelée « Lionnerie », pour une somme comprise entre 20 000 et 22 000 Francs.

Les travaux d’urgence pour achever les enclos et les achats planifiés d’autres animaux sont évalués à près de 100 000 Francs, une véritable fortune que la Société a du mal à trouver. Une aide municipale est demandée, laquelle ne tarde pas à venir, en janvier 1856, par le biais du rachat du terrain, pour 160 000 Francs, sur lequel est établit le Jardin zoologique par la Ville de Marseille. La Société, qui reste propriétaire des installations et des animaux, se retrouve désormais locataire de la Ville mais peut mener à bien les projets urgents qui nécessitaient des investissements importants grâce au rachat du terrain. Elle a la concession pour l’exploitation des installations et des collections zoologiques en échange d’un loyer annuel de 6 400 Francs.

Les recettes des entrées payantes[5] ne parvient qu’à dégager de bien maigres bénéfices. Le premier mois d’exploitation ne permet à la Société de n’obtenir que 376 F. Les deux mois suivants verront les recettes s’élever respectivement à 1 039 F et 5 334 F. Les recettes, bien que croissantes sur les 3 premiers mois d’exploitation, ne permettent pas de couvrir les frais énormes et les dettes engagées, un emprunt bancaire de 150 000 F ayant été contracté pour réaliser les travaux d’aménagement et l’achat d’animaux. La gestion du Jardin zoologique par la Société Zoologique de Marseille s’approche dangereusement d’une faillite au bout que quelques mois d’exploitation.

Dromadaires envoyés par le maréchal Pélissier au Jardin zoologique. On distingue en arrière-plan l’entrée du Jardin zoologique. Le dessinateur représente l’évènement en montrant une foule très importante se dirigeant vers l’entrée du Jardin zoologique. On distingue que les tenues vestimentaires des visiteurs sont soignées et typiques d’une classe aisée de la société du Second Empire (robes en crinoline pour les femmes, chapeaux haut de forme pour les hommes). La végétation qui est figurée par le dessinateur derrière le mur d’enceinte du Jardin montre une végétation luxuriante et tropicale avec notamment de grands palmiers (évocateur d’exotisme).

Les premières installations d’enclos semblent être réalisées relativement rapidement puisque des naissances d’animaux sont constatées. Les chèvres de Nubie donnent naissance ainsi que pour les différentes espèces d’antilopes Nilgauts (Boselaphus tragocamelus), cervicapres (Antilope cervicapra) et bubales (Alcelaphus sp.), les gazelles dorcas (Gazella dorcas), de cervidés comme les cerfs axis (Axis axis), cerfs à nez de cochon (Axis porcinus) mais aussi pour des animaux rarement vus en France comme les wallabys de Bennett (Macropus rufogriseus rufogriseus).

On profite de la fermeture de l’ancien jardin botanique de Marseille, le Jardin des Plantes des Chartreux[6], pour récupérer au Jardin zoologique de riches collections de plantes, agrémentant ainsi les allées du zoo.

En 1857, afin de relier les deux parties du Jardin zoologique, un pont est édifié.

Malgré les difficultés financières du Jardin, l’activité de ce dernier est saluée par quelques publications élogieuses.

« Le jardin zoologique de Marseille est un des plus beaux de France, il peut même rivaliser avec celui tant vanté d’Anvers. Le directeur, M. Suquet, est un homme intelligent et infatigable ; sans cesse il s’occupe d’augmenter le nombre de ses pensionnaires, de créer de nouveaux embellissements dans son jardin ; sa volière est superbe et garnie des oiseaux les plus, rares. Le premier il est parvenu à faire couver des autruches, et il en possède quatre fort belles, nées à Marseille. Ce qu’il a été forcé de déployer de soins, de persévérance, pour arriver à ce résultat, est fabuleux. Il a d’abord transporté des autruches au bord de la mer, sur un terrain isolé, que M. Granval, le grand raffineur, a bien voulu mettre à sa disposition.

Là, loin de tout bruit, bien tranquilles, les autruches ont pondu leurs œufs dans le sable et les ont couvés, et les autruches sorties de ces œufs sont superbes et font l’admiration des étrangers.

Du reste, elles ne sont pas la seule curiosité qui se trouve dans le jardin zoologique de Marseille: M. Suquet a fait transporter à grands frais un magnifique palmier, qui est je ne sais combien de fois centenaire ; palmier qui a sa maison de paille pour le garantir contre les atteintes hivernales et contre le fameux mistral marseillais.[7] »

Le Jardin zoologique de Marseille, on le voit bien dans cet extrait était considéré comme l’un des plus riches de France et même d’Europe. « Le Jardin Zoologique, fondé en 1845[8], par une société d’actionnaires, sous la direction de MM. Barthélémy Lapommeraye, de Montricher et Marcotte, a été ouvert au public au mois de juin 1855.

Habilement dessiné sur la déclivité orientale du plateau de Longchamp, il offre de magnifiques points de vue.

Il comprenait, à l’origine, 3 hectares de terrain appartenant à la Société, mais il s’est depuis agrandis par l’adjonction de 3 autres hectares appartenant à la ville, qui en avait d’abord cédé la jouissance pour toute sa durée à la Société qui vient d’en racheter la propriété[9]. »

La richesse de sa collection zoologique était prodigieuse et l’acclimatation de végétaux exotiques dans ses allées en faisait un jardin diversifié également dans la flore présentée à proximité immédiate des différents enclos des animaux. L’expérience de Suquet[10] sur la reproduction des autruches est mentionnée, preuve de l’importance que cette expérience a pu avoir à l’époque dans une communauté scientifique toute acquise aux expériences sur l’acclimatation des espèces exotiques en Europe et dont les jardins zoologiques de l’époque étaient les lieux privilégiés d’études et d’expérimentations.

Enclos des autruches au Jardin zoologique de Marseille. On distingue en arrière-plan une des serres tropicales du Jardin. Collection privée

[1] Projet de jardin zoologique et d’embellissement des abords du bassin de Longchamp. Jardin Zoologique de Marseille, extrait de la Revue de Marseille, mai 1855.

[2] Ancien nom de l’Antique Mésopotamie, actuelle région de l’Irak.

[3] Le mouflon de Corse n’est pas une espèce mais un hybride issu du marronnage entre le mouton domestique (Ovis aries) et un ovin endémique insulaire (Ovis orientalis musimon).

[4] Dans l’Etat indien du Télangana, dans le centre de l’Inde.

[5] Le tarif est fixé à 1,5 F.

[6] L’ancien Jardin des Plantes est fermé car la ligne de chemin de fer doit passer à son emplacement. Il sera installé quelques années plus tard au Parc Borély après des projets avortés d’installer le jardin botanique sur le Plateau Longchamp.

[7] Revue Le Papillon, Revue de la Semaine, sous la direction de Mme Olympe Audouard, du dimanche 15 mars 1863.

[8] L’auteur se trompe de 10 ans : le Jardin zoologique est fondé en 1854 et ouvert au public en 1855. Il s’agit de la Société zoologique de Marseille qui est fondée en 1845.

[9] AD.Joanne et J.Ferrand, De Lyon à la Méditerranée, Collection des Guides-Joanne, Paris, 1866.

[10] Noël SUQUET était le gérant du Jardin zoologique de Marseille et s’est distingué par son expérience sur la reproduction des autruches dont il a pu obtenir des pontes dans une propriété au terrain sablonneux du sud de Marseille.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.