Origine du projet marseillais d’un jardin zoologique

A la fin des années 1840, le directeur du Muséum d’histoire naturelle de Marseille, Jérôme Barthélemy Lapommeraye, s’intéresse vivement aux techniques d’acclimatation d’espèces exotiques pour développer l’agriculture dans le Midi de la France. Il s’intéresse tout particulièrement à l’acclimatation d’espèces sauvages de Caprins et de races exotiques d’Ovins et de Caprins d’Afrique sub-saharienne, afin d’en favoriser l’élevage en Provence. Il parvient également, avec succès, à faire se reproduire en Provence une espèce de gros oiseau terrestre d’Amérique du Sud, le Grand Hocco (Crax rubra)[1], toujours dans l’optique d’en développer l’élevage en Europe.

Son activité principale de directeur-conservateur du Muséum de Marseille, lui permet d’être en contact avec divers marchands d’animaux sauvages qui transitent par le port de Marseille. La Cité Phocéenne, à l’époque de la Restauration, est alors en pleine croissance et le commerce avec le Levant et toute l’Afrique du Nord prend une importance considérable du fait de la formation de l’empire colonial français en Afrique qui débute depuis plus d’une décennie avec la conquête de l’Algérie en 1830. Des animaux vivants sont régulièrement exhibés par des forains pour amuser les foules et quelques spécimens font sensation à l’instar d’un hippopotame exposé quelques temps à Marseille pour la Foire St Lazare[2], laquelle a généré grâce aux animaux présentés, près de 20 000 Francs de bénéfices[3]. Des animaux sauvages, en escale à Marseille et à destination de la Ménagerie du Jardin des Plantes de Paris, sont abrités à proximité du Muséum de Marseille, aux Bernardines, et ont attiré des foules telles que le Directeurs-Conservateur du Muséum, Barthélémy-Lapommeraye, doit faire intervenir la troupe pour éviter une émeute près de son musée[4].

Les exhibitions d’animaux sauvages « féroces » (fauves) attirent particulièrement les foules, prennet parfois une tournure cocasse, à l’instar des fauves présentés par un dénommé Polito :

« Polito dont la riche ménagerie d’animaux féroces obtint, autrefois, une vogue immense à Marseille, avait dans son matériel de ménagerie ambulante, un grand et bel orgue, au répertoire varié, dont les sons venaient, chaque jour, pendant des heures entières, distraire les plus beaux lions, tigres et animaux mouchetés qui se puissent trouver en charte privée.

Polito ne les domptait ni par la crainte ni par la force, deux moyens qui ne réussissent pas toujours à Messieurs les professeurs belluaires. Il les amadouait par les bons traitements, il les amollissait en attaquant leur système nerveux par la mélodie et non au moyen exceptionnel de la cravache ou de la tige de fer à l’extrémité incandescente. Il assurait que les sons de son orgue agissaient hygiéniquement sur ses animaux chéris, en éloignant d’eux la nostalgie, qui atteint quelquefois d’une manière fâcheuse les bêtes féroces dans leur état d’isolement[5]. »

Une girafe, la première à être vue vivante en France, est débarquée sur le Port de Marseille le 14 novembre 1826. On la place dans les jardins de la Préfecture puis elle est envoyée à la Ménagerie du Jardin des Plantes de Paris. L’animal est en effet un cadeau diplomatique offert par le Sultan d’Egypte pour le Roi Charles X[6].

Marseille avait d’ailleurs déjà accueilli des animaux sauvages par le passé. Un rhinocéros indien avait été débarqué en 1516 sur l’Ile d’If, où il avait été observé par le roi de France François Ier. Des lions et des oiseaux exotiques avaient vécus dans une petite ménagerie située dans les jardins du Roi René, à l’emplacement actuel du Cours d’Estienne d’Orves[7].

Le Muséum de Marseille reçoit beaucoup de spécimens exotiques, envoyés du monde entier par des naturalistes et des navigateurs ou achetés sur le port par le directeur du Muséum. Les animaux sont morts, en peau ou secs, rarement vivants, à l’exception de caprins et d’ovins exotiques, sans qu’il ne soit fait mention du lieu exact où ces spécimens sont maintenus en captivité à Marseille (la ville est globalement urbanisée sur un territoire relativement réduit, les grands travaux d’urbanisation n’auront lieu qu’à la décennie suivante. Une vaste zone péri-urbaine, peuplée de fermes et de « bastides ». Ces riches demeures péri-urbaines et campagnardes, de la haute bourgeoisie et de la noblesse marseillaise sont systématiquement entourées de jardins d’agrément et de vastes terrains agricoles, qui permettent aux propriétaires de posséder des animaux d’élevage (troupeaux de chèvres et de moutons) et quelques espèces d’agréments (oiseaux exotiques) pour orner bassins et volières.

La place ne manque donc pas, à proximité immédiate du centre-ville, peuplé en 1840 d’environ 200 000 habitants, pour pouvoir se consacrer à l’élevage et à l’acclimatation d’animaux exotiques.

L’intérêt de Lapommeraye pour ce sujet, son enthousiasme et surtout la respectabilité et l’érudition attachés à ce singulier personnage de la Ville, ne tarde pas à faire des émules parmi la bourgeoisie d’affaire, les érudits et les notables de Marseille. Rapidement un petit groupe se forme autour du conservateur du Muséum dans l’idée de créer une société savante consacrée à l’acclimatation d’espèces exotiques en Provence. Il faut noter qu’à la fin des années 1840, aucune institution consacrée à l’acclimatation et à l’élevage en captivité d’espèces sauvages exotiques n’existait en France. Seule la Ménagerie du Jardin des Plantes de Paris existait et faisait figure d’institution centrée surtout sur l’étude systématique et morpho-anatomique des animaux, sous l’égide des professeurs du Muséum national. C’est en dehors de la France, en Angleterre et en Belgique, que des institutions modernes en la matière furent créés par le biais de sociétés zoologiques locales. Il s’agissait du tout nouveau Zoo de Londres et du Zoo d’Anvers, les deux premiers vrais jardins zoologiques au sens moderne du terme. Marseille avait là une chance unique de devancer la capitale et d’avoir un jardin zoologique moderne, totalement différent de la vieille ménagerie parisienne.

Projet d’aménagements du Plateau Longchamp avec entre autres la construction d’un bâtiment dévolu au Muséum d’histoire naturelle (C), et du Jardin zoologique (E). Les plans du Jardin zoologique seront largement modifiés lors de la création de ce dernier mais son emplacement initial sera maintenu. Il en sera autrement du projet du bâtiment du Muséum qui sera abandonné au profit d’un plus vaste complexe monumental abritant Muséum et Musée des Beaux-Arts : le Palais Longchamp, en 1869. Cliché C.Borrely, Fond patrimonial BMVR, Marseille.

Parallèlement aux préoccupations zoologiques de Lapommeraye, un immense chantier était en train d’être mené par une équipe d’ingénieurs dirigée par Franz Mayor de Montricher. Ce chantier colossal, l’un des plus importants du XIXe siècle en France, consistait à détourner une partie de la Durance pour permettre d’irriguer Marseille. En effet la Cité Phocéenne souffrait de sécheresses chroniques qui empêchaient son développement urbain en direction de son arrière-pays et le développement agricole de son terroir. C’est un canal qui est construit pour acheminer l’eau. Son arrivée est prévue au niveau du Plateau Longchamp et est effective en 1847 où elle est stockée dans de gigantesques réservoirs souterrains situés juste sous le plateau. Cette vaste zone quasi campagnarde sera bientôt lotie et urbanisée. Des opérations immobilières lucratives vont naître à proximité de ce plateau où de vastes avenues plantées d’arbres d’alignement doivent relier ce nouveau quartier au centre-ville. Un projet de bâtiment pour abriter le Muséum d’histoire naturelle, à l’étroit dans la chapelle du Couvent des Bernardines, devrait couronner le plateau et un jardin devrait l’entourer. C’est l’endroit privilégié pour y établir un jardin zoologique.

Montricher, l’ingénieur du Canal, prend la tête du projet de Lapommeraye et fonde une société d’actionnaires, le 18 avril 1854, qui a la particularité d’être à la fois une société commerciale (la majorité des actionnaires sont issus de la bourgeoisie d’affaire marseillaise) et savante (Lapommeraye apporte sa garantie d’Homme de Sciences à la nouvelle société). Cette société est la Société Zoologique de Marseille. Elle n’est pas sans rappeler ses homologues de Londres et d’Anvers. La toute récente Société se porte acquéreur d’un vaste terrain aux Chartreux. 31 650 m2 sont acquis pour la somme considérable de 262 375 Francs. Ce terrain est acquis auprès de particuliers, des propriétaires terriens marseillais, messieurs Mazel, Rougier et Baquière.

Le Jardin Zoologique de Marseille, est vu, à l’aube de sa création, comme le moyen de promouvoir une réputation scientifique de grande envergure, tant par la diversité de ses collections, que par ses progrès sur l’élevage et l’acclimatation d’espèces exotiques.

Il fait partie de l’équipement indispensable à toute grande ville de la seconde moitié du XIXe siècle, à l’instar des théâtres, d’un opéra, des musées ou des bâtiments administratifs. Il entre également dans la conception hygiéniste de créations de parcs et jardins, sensés apporter loisirs et salubrité aux habitants des grands centres urbains, assainissant l’air des villes et agrémentant ces dernières.

La Science n’est jamais loin des conceptions hygiénistes, récréatives mais aussi éducatives puisque bon nombre des parcs et jardins créés durant le Second Empire, abritent en leurs seins des jardins botaniques, serres tropicales, jardins zoologiques et parfois, des galeries d’histoire naturelle[8].

Berteau, collaborateur à la Revue de Marseille s’enthousiasme en affirmant : « Tout ce qui manque à Marseille depuis 2 500 ans sera accompli vers 1870.[9] »

L’ancien directeur du Jardin Zoologique de Bruxelles, le baron Müller, est venu dans la Cité Phocéenne pour inspecter le terrain où doit être construit le futur zoo et pour aider à en réaliser les plans. Il apporte également quelques animaux pour initier la future collection.

La ville de Marseille au XIXe siècle reste très entourée de jardins et de terrains agricoles ponctués de nombreux noyaux villageois.
Le centre-ville de Marseille, très dense, se concentre encore autour du Vieux-Port. De nouveaux quartiers sont créés au niveau de la Joliette où les bassins du nouveau port sont construits et vers l’Est de la ville où de nouveaux quartiers résidentiels sortent de terre au niveau des Chartreux. On distingue la Place de la Plaine (A), les Allées Gambetta (B), le Musée aux Bernardines (C) et le tout nouveau Jardin Zoologique (D) qui est alors situé entre ville et campagne, dans les nouveaux quartiers Est, en cours de construction.
Le Jardin Zoologique, le plan peut être daté entre 1855, ouverture du Jardin, et 1869, inauguration du Palais Longchamp car ce dernier n’apparaît pas encore sur le plan.

Lapommeraye est désigné directeur scientifique de la Société Zoologique de Marseille et de son futur jardin. Ce dernier va également profiter de la politique d’embellissements et d’aménagement de la municipalité, qui souhaite que ce tout nouveau quartier Longchamp devienne l’un des plus modernes et des plus beaux de la ville.

« Et quel champ plus vaste, plus fécond, plus naïf et plus vrai que les jardins zoologiques en général, que le bel établissement de ce nom, dont Marseille est dotée, dans lequel, selon la métaphore toute orientale et si poétique de Féruck-Khan, ambassadeur de Perse à Paris, on peut parcourir, en quelques heures, les diverses contrées du globe caractérisées par les animaux et les plantes qui leur sont propres[10] ! »

Entre l’achat du terrain et l’ouverture du jardin, à peine plus d’un an s’écoule. Les travaux sont menés rapidement mais beaucoup restent encore à faire. Le 1er juin 1855, le Jardin Zoologique de la Société Zoologique de Marseille est ouvert.

Acte notarié déclarant la naissance de la Société du Jardin zoologique de Marseille, le 14 avril 1854, représentée par Monsieur Morin.
Archives Municipales de Marseille


Il faut cependant maintenant peupler ce jardin d’animaux…



[1] Lapommeraye, Notice zoologique sur l’éducation du Hocco de la Guyane, Bulletin de la Société impériale zoologique d’acclimatation, Tome IX, Paris, 1862.

[2] Cette foire se tenait sur la Canebière jusqu’en 1860 date à laquelle elle a lieu sur l’actuelle Place Jean Jaurès, plus connue sous le nom de « La Plaine » jusqu’aux années 1960.

[3] Projet de jardin zoologique et d’embellissement des abords du bassin de Longchamp. Jardin Zoologique de Marseille, extrait de la Revue de Marseille, mai 1855.

[4] Idem.

[5] Bartélémy Lapommeraye, Revue de Marseille fondée et publiée au profit des pauvres, troisième année, 1857, Marseille,1857.

[6] Paulus M., 1943. Les Girafes ayant vécu à Marseille. Bulletin du Muséum d’Histoire Naturelle de Marseille, 3 (23) : 33-40.

[7] Loisel, G. (1912). Histoire des Ménageries de l’Antiquité à nos jours (Vol. 3). Paris : Octave Doin et fils & Henri Laurens.

[8] C’est le cas de nombreux muséums français qui trouvent place dans les nouvelles créations de parcs et de jardins ou réaménagements de parcs et jardins déjà existants (Paris, Grenoble, Besançon, Bordeaux, Dijon, Marseille, etc…) mais également dans d’autres pays d’Europe (Milan, Rome, Barcelone, etc…).

[9] Marcotte, De la création d’un Jardin Zoologique à Marseille. Question des voies et moyens, la Revue de Marseille, n°5, Marseille : Olive, 1855.

[10] Bartélémy Lapommeraye, Revue de Marseille fondée et publiée au profit des pauvres, troisième année, 1857, Marseille,1857.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.