Les jardins zoologiques en Europe

Les premiers jardins zoologiques européens naissent en tant que tels à la toute fin du XVIIIe siècle pour les plus anciens et durant le XIXe siècle où on observe un pic de création pour la majorité d’entre eux, pic de création qui s’étale d’ailleurs jusqu’à la première moitié du XXe siècle.

Les collections d’animaux exotiques captifs ne sont pas une nouveauté. En effet, dès l’antiquité, les empereurs romains se procurent des fauves et des animaux divers qu’ils font combattre lors des spectacles de gladiateurs dans les arènes. Durant toute la période médiévale et renaissance, les souverains s’entourent d’animaux exotiques qui vivent à proximité immédiate de leurs résidences dans des sérails ou des ménageries. Ces ménageries perdurent et ornent presque toute les cours royales et princières d’Europe. Les souverains utilisant la richesse de leurs ménageries pour exprimer leurs propres richesses et le prestige qui en découle, le but étant d’impressionner les courtisans et les émissaires des cours étrangères. Les animaux servent également de cadeaux diplomatiques. Charlemagne reçoit un éléphant blanc de la part du Calife de Bagdad, Louis IX offre un éléphant pour sceller la paix avec Henri III, roi d’Angleterre et le roi du Portugal offre un rhinocéros (qui n’arrivera pas vivant des suites du naufrage du navire qui le transporte) au Pape, et le sultan d’Egypte fait cadeau au roi de France Charles X, une girafe, la première vue vivante en France.

Certaines ménageries princières sont prestigieuses et réputées comme celle des Médicis à Florence. Mais une des plus fameuses ménageries royales, est celle que fait bâtir Louis XIV à Versailles. L’empereur d’Autriche s’en fera construire une similaire à Schönbrunn, à Vienne (qui est d’ailleurs encore en activité ce qui en fait le plus vieux zoo du monde).

Avec l’émergence des sciences naturelles, étudiées de manière de plus en plus rigoureuse et scientifique, et non plus considérées comme un simple passe-temps aristocratique, la zoologie ne pouvait plus se contenter de simples gravures plus ou moins fiables réalisées par des voyageurs témoignant de leurs rencontres avec des créatures exotiques. La volonté d’observer scientifiquement les animaux nécessitait dès la fin du XVIIIe siècle de concevoir des collections animales à l’instar des collections végétales des jardins botaniques ou des collections des cabinets d’histoire naturelle.

Dans un souci de classification propre à cette époque, il fallait rassembler une collection animale la plus exhaustive possible et pour cela construire des « ménageries » de plus en plus grandes. Ces ménageries d’ailleurs changent d’appellation pour devenir alors des « jardins zoologiques ». Quelques temps après, on s’intéresse à la possibilité d’utiliser des espèces exotiques pour les besoins agricoles européens, comme animaux de boucherie, de trait ou tout simplement d’ornement ou de compagnie. On parle alors de « jardins d’acclimatation » et de « jardins d’essai » dans les grandes villes des colonies (l’époque coïncide avec les débuts des empires coloniaux).

Ces jardins deviennent des lieux d’agrément et de sociabilité qui attirent une population à la fois aisée et plus modeste. Cette fonction récréative s’ajoute donc rapidement à la fonction scientifique des jardins zoologiques (on retrouve finalement l’intérêt pour l’animal sauvage qui fascine le public comme au temps des ménageries princières).

En 1794, une ménagerie est construite sur le site du Jardin des Plantes de Paris où se trouve déjà le Muséum d’histoire naturelle dont elle fait partie.

A Vienne, la vieille ménagerie impériale de Schönbrunn devient un jardin zoologique (fondée en 1752 elle était déjà ouverte au public en 1779 !).

On conçoit les jardins zoologiques avec les méthodes paysagères des jardins à l’anglaise où l’on reconstitue des paysages naturels et des pièces d’eau ce qui diffère totalement des ménageries des XVIIe et XVIIIe siècles. A Londres, il faut attendre 1828 pour qu’un véritable jardin zoologique soit construit à Regent’s Park, marquant la fermeture de la très ancienne et vétuste ménagerie de la Tour de Londres. C’est le Jardin zoologique de Londres qui va populariser l’image de ce type d’établissement en sortant définitivement du concept de ménagerie et en quelque sorte faire école sur le continent.

En France, où nous avions laissé la Ménagerie du Jardin des Plantes en 1794, des nouveaux jardins zoologiques sur le modèle londonien se créent dans les grandes villes. Marseille est la première à créer le sien en 1854 suivie un an plus tard par Lyon. Paris, tout en gardant la Ménagerie, crée un nouveau jardin zoologique dédié à l’acclimatation des espèces exotiques en vue de leur éventuelle utilisation agricole ou ornementale : le Jardin d’acclimatation ouvert en 1860 au Bois de Boulogne.

Les créations s’enchainent durant tout le XIXe siècle à l’instar de ce qu’il se passe pour les créations de muséums d’histoire naturelle (dont les zoos sont souvent étroitement liés). Le XIXe siècle est souvent qualifié de siècle des musées il peut être qualifié aussi de siècle des jardins zoologiques. Pas une grande ville qui n’a pas le sien.

La même chose se passe dans l’ensemble des pays européens dans un but de compétitions entre les états entre eux (nous sommes alors dans un contexte de luttes d’influence via les conquêtes coloniales des français, des britanniques mais aussi des allemands, des belges et des hollandais mais aussi des italiens, des portugais ou encore des espagnols).

Toutes les grandes villes européennes (puis rapidement viendront aussi les grandes villes américaines) possèdent leur jardin zoologique qui va bien souvent de pair avec un muséum d’histoire naturelle. Amsterdam crée ainsi Artis en 1838, qui est un vaste complexe abritant outre un jardin zoologique, un aquarium et un musée de zoologie.

La majorité des grands zoos actuels des grandes villes d’Europe a été construit durant le XIXe siècle : Anvers en 1843, Berlin en 1844, Cologne en 1860, Moscou en 1864, Budapest en 1866, Lisbonne et Barcelone respectivement en 1884 et 1892…

Ils sont globalement tous construit sur le même modèle issu comme nous l’avons dit du modèle londonien avec des bâtiments richement décorés selon la mode architecturale de la ville ou du lieu d’origine des animaux et des bâtiments réservés à telle ou telles collection animale (bâtiments des reptiles, volières, aquariums, fauveries, pavillons des singes…).

La collection se doit d’être la plus exhaustive possible et les chiffres concernant le nombre d’animaux conservés dans les jardins zoologique du XIXe et de la première moitié du XXe siècle donnent l’image de véritables musées vivants où les espèces sont classées selon la taxonomie (rarement selon leurs origines géographiques). Les animaux sont très souvent représentés par un seul individu et les reproductions sont rares. On considère alors que l’animal est un bien de consommation comme un autre et qu’il est plus aisé de s’en procurer que de chercher à les faire se reproduire. Nous ne sommes pas du tout dans l’optique de conservation et de protection des espèces des parcs zoologiques modernes.

A partir des années 1950, une nouvelle conception voit le jour dans l’univers des jardins zoologiques. De vitrines du monde animal où on expose à l’instar des galeries surchargées des muséums de l’époque (ces derniers changent également, en même temps que les zoos, leur muséographie), des séries d’espèces (souvent représentées dans les jardins zoologiques par un spécimen unique voir un couple) cherchant à avoir la collection animale la plus exhaustive possible, on passe à des centres de conservation d’espèces menacées dont le but n’est plus de présenter la plus large collection possible mais de présenter des espèces rares et menacées et de permettre à ces dernières de se reproduire en captivité. Le parc zoologique moderne est né. On conserve ex-situ des espèces gravement menacées et pour certaines en voie d’extinction in-situ. Des programmes de coordination et des plans d’élevages se mettent en place entre les différents établissements zoologiques du monde. Les animaux ne sont plus des biens de consommations que l’on peut puiser librement dans la nature en remplaçant les animaux décédés par de nouveaux. On apporte aux espèces captives les conditions nécessaires à leurs besoins physiologiques et on favorise la reproduction. Cette dernière on l’a vu est gérée et contrôlée via les « studbooks » ou programmes d’élevages. Chaque espèce ayant son propre coordinateur qui gère les populations captives. Les zoos s’échangent les animaux pour permettre un brassage génétique et conserver ainsi une population viable durablement. Cette population captive sert de réserve génétique et permet la réintroduction d’individus dans le milieu naturel (si ce dernier n’est pas trop altéré et si aucune menace ne plane sur les animaux fraîchement réintroduits). Le premier zoo moderne est né sur l’île de Jersey, dans l’archipel anglo-normand où Gérard Durell avait élaboré cette toute nouvelle conception du jardin zoologique. Petit à petit ces nouvelles préoccupation de conservation, de protection, d’étude et d’élevages d’espèces menacées a fait école à travers le monde (ou peu s’en faut) et à notre époque les zoos se requalifient même de « bioparcs » pour bien montrer que la mission purement collectionniste est supplantée par la mission d’étude et de conservation du Vivant.

En Europe, certains des premiers jardins zoologiques sont en tête des plus prestigieux établissements du continent et même du monde. Le Zoo de Londres par exemple, est le navire amiral d’une importante institution, la London Zoological Society, aussi ancienne que le zoo lui-même, et portant de très importants et ambitieux projets de recherches, de reproductions en captivité mais aussi des programme d’étude, de protection et de réintroductions en milieux naturels. Les zoos de Berlin et de Vienne font de même ainsi que ceux d’Anvers et de Barcelone et tout récemment suite à sa totale reconfiguration et récente réouverture, celui de Paris qui a rejoint ses confrères européens. Des zoos privés, plus récents, sont également entrés dans la course. Ils sont nés avec la révolution des nouvelles conceptions en matière de parcs zoologiques durant les années 1960-1970. En France il s’agit de quelques établissements devenus en quelques décennies aussi performants en matière de programmes scientifiques que les institutions homologues publiques et plus anciennes. Les zoos de Beauval, de la Flèche près du Man, de la Palmyre, le CERZA, Thoiry et d’autres encore. Des établissements plus petits et monothématiques, centrés sur un groupe animal en particulier les ont rejoint et font figure de spécialistes pour tel ou tel groupe animal. La Ferme aux crocodiles de Pierrelatte, près de Montélimar s’est spécialisée dans la reproduction, l’étude et le maintien en captivité de plusieurs espèces de crocodiliens (plus récemment élargit aux varans et aux tortues), des aquariums ainsi que des parcs spécialisés sur les oiseaux font également partie de ces institutions monothématiques en général privées.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.